Trois lectures du traité de Maastricht. Essai d'analyse comparative

Abstract Fr En

Après s'être inspirée du modèle des Etats-Unis d'Amérique, la construction de l'Europe occidentale s'est pendant longtemps confinée dans un rôle purement économique. Il n'est donc pas étonnant qu'en instituant une Union politique le traité de Maastricht suscite aujourd'hui un vaste débat. Sans doute s'inscrit-il dans la continuité de l'œuvre accomplie par les Communautés économiques. Mais en établissant de nouvelles compétences en matière monétaire, de politique extérieure et de défense, et de sécurité intérieure, l'Union européenne pénètre pour la première fois de façon explicite au cœur de la souveraineté des Etats. La difficulté du problème explique la complexité du Traité. Et elle en affecte nécessairement la lisibilité. Au regard de l'analyse comparative, trois lectures, cependant, semblent possibles : l'une syncrétiste à résurgence nationaliste, une seconde fonctionnaliste à résonance communautaire et une troisième prospective à vocation fédérale. Au processus de désintégration qui se développe à l'Est de l'Europe, elles ont pour point commun d'opposer un mécanisme d'association, apte à réaliser à l'Ouest une Union sans cesse plus étroite et susceptible de s'étendre un jour d'Ouest en Est.

analysis, three readings seem however possible : (1) syncretic, with a nationalist resurgence ; (2) functionalist, with a community resonance, and (3) federalist. In opposition to the disintegration process developing in Eastern Europe, all represent mechanisms of association, capable of setting up an ever doser union in thé West, able to extend some day from West to East.

From the same authors

On the same subjects