Vanuatu, vers l’émergence d’une université nationale bilingue français-anglais

Metadatas

Date

May 29, 2020

type
Language
Identifier
Relations

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/2556-1944

Licenses

CC BY , info:eu-repo/semantics/openAccess


Abstract Fr En

À l’aube du quarantième anniversaire de son indépendance, le processus d’émergence de la première Université Nationale de Vanuatu qui aura pour particularité d’offrir des enseignements en français et en anglais constitue une occasion exceptionnelle de rééquilibrer la francophonie en contexte minoritaire à travers son institutionnalisation au niveau universitaire. À travers la promotion du bilinguisme et du multilinguisme, la nouvelle université représentera un symbole d’unité et de cohésion sociale nationale afin d’atteindre la vision d’un Vanuatu « stable, durable et prospère » tel que cela est envisagé dans le Plan de Développement National Durable 2016-2030.L’accord unanime de la classe politique lors de l’adoption du projet de loi en décembre 2019 pourrait laisser penser que le projet ne suscite aucune controverse. Pourtant, la mise en place d’un système d’éducation supérieur bilingue anglais-français fait également l’objet de critiques et continue d’interroger, en particulier sur l’inclusion du bislama et des langues vernaculaires.Afin d’apporter un éclairage sur l’avancement de ce projet, cet article se propose de revenir dans un premier temps sur sa genèse à travers une étude préliminaire de l’évolution de l’enseignement supérieur dans les petits États insulaires du Pacifique puis de présenter les étapes qui ont amené le Vanuatu à développer le projet de créer son université nationale ayant pour spécificité d’être bilingue, et enfin d’analyser les enjeux que cela représente en termes sociétaux, linguistiques, politiques et économiques au niveau national et régional. La question des langues d’enseignement, quoique centrale, ne doit pas faire oublier qu’il s’agit avant tout d’une initiative nationale s’inscrivant dans la dynamique de développement menée par le Vanuatu qui désire aussi se distinguer tant sur la scène régionale que mondiale.Le succès à court terme n’est pas garanti car cet instrument de formation de la jeunesse du Vanuatu qui deviendra pour partie l’élite de demain va nécessiter un travail long et laborieux de structuration dans un contexte politique mouvant. Mais l’enjeu se situe au-delà des premières années de l’établissement de l’université, il s’agit d’assurer au Vanuatu la maîtrise de ses réflexions par la formation de ses propres élites qui désirent aussi devenir des citoyens sur la scène internationale.

At the dawn of the fortieth anniversary of the country’s independence, the emerging process of the first National University of Vanuatu, which will have the particularity of offering courses in French and English, constitutes a unique and singular opportunity to strengthen the influence of Francophonie and rebalance the scales in its favour in a context where it is - for now - the minority, through its institutionalization at the university level. Through the promotion of bilingualism and multilingualism, the new university will represent a symbol of unity and national social cohesion in order to achieve the vision of a "stable, sustainable and prosperous" Vanuatu as stated in the 2016-2030 National Sustainable Development Plan.The unanimous agreement of the political class when the bill was adopted in December 2019 could suggest that the project is not controversial. However, the establishment of a bilingual English-French Higher Education system is also subject to criticism and continues to be questioned, specifically on the issue of the consideration of Bislama and vernacular languages.In order to shed light on the progress of this project, this article intends to return first to its genesis through a preliminary study of the evolution of higher education in the small island states of the Pacific and then to present the stages which led Vanuatu to develop the project of creating its national university, with the specificity of making it bilingual, and finally to analyse the challenges that it represents in societal, linguistic, political and economic terms at national and regional level. The question of languages of instruction, although central, should not obscure the fact that it is above all a national initiative which is part of the development dynamics led by Vanuatu, which also wishes to stand out on the Pacific region scene and worldwide.Short-term success is not guaranteed because this instrument intended to train the elites will require a long and laborious work of structuring in a changing political context with the imminent end of the current mandate. But the challenge goes beyond the first years of the establishment of the university, it is about ensuring for Vanuatu the affirmation of its vision by the training of its own elites who also wish to become global citizens.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Export in