« Rien ne blesse, ni mes idées, ni mes sentiments là-dedans » : Pierre-Jules Hetzel et le sociogramme du progrès chez Jules Verne

Metadatas

Date

October 30, 2018

Discipline
type
Language
Identifier
Source

COnTEXTES

Organization

OpenEdition

Licenses

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/ , info:eu-repo/semantics/openAccess


Keywords

Anticipation Science-fiction Verne (Jules) Hetzel (Pierre-Jules) Sociocritique Représentations XIXe siècle Idéologie Orwell (George)


Cite this document

Maxime Prévost, « « Rien ne blesse, ni mes idées, ni mes sentiments là-dedans » : Pierre-Jules Hetzel et le sociogramme du progrès chez Jules Verne », COnTEXTES, ID : 10.4000/contextes.6583


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Une lecture rapide des romans les mieux connus de Jules Verne suffit généralement pour classer l’écrivain parmi les apôtres du progrès, et une telle lecture n’est pas entièrement dénuée de valeur : il est vrai que les formules saint-simoniennes Tout par la vapeur et par l’électricité et Substituer à l’exploitation de l’homme par l’homme l’exploitation du globe par l’humanité semblent trouver illustration dans les pages de Vingt Mille Lieues sous les mers (1869) et de L’Île mystérieuse (1877),...

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in