Courses de taureaux Lumière : une vue hors norme en 1898, chaînon essentiel dans la progression narrative du cinéma des premiers temps ?

Metadatas

Date

February 21, 2018

type
Language
Identifier
Relations

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/0769-0959

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/1960-6176

Organization

OpenEdition

Licenses

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/ , info:eu-repo/semantics/openAccess



Cite this document

Thierry Lecointe, « Courses de taureaux Lumière : une vue hors norme en 1898, chaînon essentiel dans la progression narrative du cinéma des premiers temps ? », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, ID : 10.4000/1895.5238


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

La maison Lumière tourne en mai 1898 une Course de taureaux. Si le sujet de la vue peut paraître a priori banal, nous verrons d'abord que les moyens consentis pour le tournage furent hors normes. Cette vue scénarisée et constituée d'une dizaine de bobines eut dans sa diffusion un rayonnement très particulier en France comme à l'étranger. Considérée comme l'une des premières vues longues, nous montrerons qu'elle a préfigurée les prémices des longs métrages narratifs et a donc marquée une étape importante dans l'historiographie des premiers temps.

In May 1898, the Lumière company films a bull-fight (Course de taureaux). While the subject of this view may at first sight seem banal, one quickly discovers that the means deployed to make it were exceptional. This scripted short film, composed of ten reels, drew great attention when it was distributed in France and abroad. Considered as one of the first extended views, one can argue that it prefigures the emergence of narrative feature films, and thus represents an important staging post in the history of early cinema.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in