Du matérialiste crasse au fondateur de la psychophysiologie : la réception de Cabanis outre-Rhin (1801-1870)

Metadatas

Date

December 31, 2020

type
Language
Identifier
Organization

OpenEdition



Cite this document

de Calan Ronan, « Du matérialiste crasse au fondateur de la psychophysiologie : la réception de Cabanis outre-Rhin (1801-1870) », Cahiers de philosophie de l’université de Caen, ID : 10.4000/cpuc.1491


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

L’œuvre de Cabanis a eu énormément de mal à sortir d’une place qui lui était prescrite au moment même de son inscription dans le champ philosophique et scientifique allemand. Cette place, c’est celle de continuateur audacieux, informé, d’un projet lui-même daté : le projet d’une anthropologie physiologique, dont on estimait que les limites en avaient d’emblée été fixées par Kant et qu’en conséquence il n’était pas voué à un grand avenir. Pendant un demi-siècle environ, l’œuvre philosophique de Cabanis, limitée ici aux fameux mémoires sur les Rapports du physique et du moral chez l’homme, a trouvé dans l’anthropologie physiologique, critiquée par Kant, son pré carré et les conditions de sa relative extinction. C’est une seconde réception, sans doute plus souterraine, plus muette aussi sur l’influence réelle que Cabanis a pu exercer, qui lui a permis de ressurgir au début des années 1860, sous une autre forme ou en une autre place : celle de père de la psychophysiologie, une place en apparence identifiable ou superposable à la précédente mais bien distincte. C’est sur cette seconde position, plus favorable à Cabanis, qu’on conclut ces analyses.

This paper gives an account of Cabanis’ reception in German Philosophy between 1801 and 1970. During more than half a century, Cabanis’ Work On the Relations between the Physical and the Moral Aspects of Man (1796-1802) was assimilated to the rather new project of a Physical Anthropology developed by the Medical Philosophers in Germany at the end of the eighteenth century, a scientific project whose basis were deeply criticized by Kant and the Kantians. After 1860, Cabanis’ intellectual enterprise received a new attention because of its similarities with the new foundation of a psychophysiology whose cofounder were, in Germany, Johannes Müller, Gustav Theodor Fechner and Wilhelm Wundt. Both receptions contributed to the relative marginalization of this important work.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents