Au-delà du casque à cornes : Théodoric, monarque parfait et ami des poètes

Metadatas

Date

July 26, 2018

type
Language
Identifier
Collection

Interférences

Organization

OpenEdition


Keywords

Panégyrique genre épistolaire Théodoric Panegyric epistolary genre Theodoric

Similar subjects Fr

Gender studies Genre

Cite this document

Camille Bonnan-Garçon, « Au-delà du casque à cornes : Théodoric, monarque parfait et ami des poètes », Interférences, ID : 10.4000/interferences.6531


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Dans l’imaginaire populaire, le Romain voit le Barbare comme un être dépourvu de raffinement. Sidoine Apollinaire quant à lui n’était peut-être pas de cet avis. Le portrait qu'il dresse du personnage de Théodoric, roi des Wisigoths, dans ses lettres I, 2 et I, 11 ainsi que dans ses panégyriques impériaux, est de fait révélateur à bien des égards. Il témoigne en premier lieu d’un changement de mentalité envers les barbares de la part d’un aristocrate comme Sidoine, à une époque où disparaît le pouvoir impérial et où règnent des rois barbares. De plus, ce traitement de l’image des barbares interroge le mélange des genres dans l’Antiquité tardive. En cette période où la hiérarchie des genres est bouleversée, le panégyrique, grand genre par excellence, par sa forme et son sujet, se trouve parasité par l’épistolaire, qui se met chez Sidoine à assumer le rôle encomiastique, alors que les Panégyriques se font beaucoup nuancés et ironiques.

In our collective mind, Romans were supposed to consider the Barbarians as unrefined being. Sidonius Apollinaris may not have shared this point of view. The portrait he draws of Theodoric, king of the Visigoths (in his letters 1,2, and 1,11 as in his imperial panegyrics), is indeed very instructive. It shows a change in the attitude of Romans towards Barbarians, in a time when imperial power disappears, replaced by Barbarian kings. Besides, it questions the concept of mixture of literary styles during Late Antiquity. In this period, the epistolary genre interferes with the panegyric, great genre par excellence, the first handling the encomiastic role, as the Panegyrics become more ironic and tempered.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents