L’âge d’or sous le règne des Savoia : miroir du Prince, miroir de l’Italie dans Ad Victorem regem de Giovanni Pascoli

Abstract Fr En

Ad Victorem regem, poème composé par Giovanni Pascoli en 1911, ressemble à un miroir du Prince. S’inspirant des poètes augustéens, il célèbre les hauts-faits de Victor Emmanuel II lors du Risorgimento et lui adresse des vœux pour la prospérité de l’Italie. Cependant, le premier roi de l’Italie est mort depuis 23 ans lorsque Pascoli écrit ce texte et, dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle, le miroir du Prince ne semble plus être le mode d’adresse au dirigeant le plus adapté. Pourquoi alors recourir à ce genre ? Nous verrons que ce texte semble plutôt être adressé aux Italiens et qu’il reprend les codes du miroir du Prince pour célébrer l’unité italienne, faire le bilan de ses cinquante ans d’existence, légitimer la nation italienne par ses origines latines et espérer son plein épanouissement.

Ad Victorem regem, poem written by Giovanni Pascoli in 1911, looks like a mirror for Princes. Inspired by the Augustan poets, it celebrates the accomplishments of Victor Emmanuel II during the Risorgimento and makes wishes for the prosperity of Italy. But the first king of Italy has been dead for 23 years when Pascoli writes this text, and the mirror for Princes doesn’t seem to be the most adapted way to speak to a ruler in a context of constitutional monarchy. Why then did Pascoli write a mirror for Princes? We’ll see that this text is rather addressed to the Italians and that it uses the mirror’s codes to celebrate the Italian Unity, assesses its accomplishments after 50 years, legitimates the Italian nation with its Latin origins and hopes for it’s prosperity.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines