« Moi, la noire docteure » : penser une prise de parole de femme noire/décoloniale à la première personne

Metadatas

Date

September 20, 2022

Discipline
type
Language
Identifier
Source

Itinéraires

Relations

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/2100-1340

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/2427-920X

Organization

OpenEdition

Licenses

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/ , info:eu-repo/semantics/openAccess




Cite this document

Glória França et al., « « Moi, la noire docteure » : penser une prise de parole de femme noire/décoloniale à la première personne », Itinéraires, ID : 10.4000/itineraires.11553


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Cet article interroge la question des discours expérientiels en analyse du discours. Ces discours n’ont pas toujours été pris en compte en analyse du discours par rapport à l'intersectionnalité des paramètres de classe, de genre et de race. Cet article propose d’analyser la dimension intersectionnelle dans l’analyse des discours situés à travers deux ouvrages de chercheures noires issues du Sud global, Giovanna Xavier et Maboula Soumahoro, qui allient militantisme et théorisation du savoir situé. La première partie expose les conditions de production des ouvrages et du corpus analysé. Ensuite, dans le cadre épistémologique et théorique les notions sont présentées en vue d’interroger la manière dont l’analyse du discours du sujet, sur le sujet et le sens doit être repensée à partir de l’étude de la dimension constitutivement raciale et genrée des discours. Ensuite, dans la dernière partie, l’analyse se développe autour de deux catégories discursives du silence (Orlandi 1992) et des lieux d’énonciation (Zoppi-Fontana 1999).

The analysis of “first person” speeches has not always taken into account parameters of class, gender and race. This article proposes to analyze the intersectional dimension in the analysis of situated discourses through two black research works from the global South, Giovanna Xavier and Maboula Soumahoro, which combine activism and the theorization of situated knowledge. The first part sets out the production conditions of the books and of corpus. Then, in the epistemological and theoretical framework notions are presented in order to question the way in which the discourse analysis of thought on the subject and on meaning must be rethought from the study of the constitutively racial and gender dimension of discourse. Then, in the last part, the analyses is developed from two discursive categories, silence (Orlandi 1992) and enunciation-utterance place (Zoppi-Fontana 1999).

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in