Aspectos de la gramatización antigua de la lengua vasca

Metadatas

Date

January 30, 2020

type
Identifier
Collection

Lengas

Organization

OpenEdition


Keywords

grammatisation humanisme imprimerie langue basque Réforme traduction. grammatization humanism basque language Reformation translation. gramatización lengua vasca traducción. humanismo imprenta Reforma

Similar subjects Fr

basque

Cite this document

Aurélie Arcocha-Scarcia et al., « Aspectos de la gramatización antigua de la lengua vasca », Lengas, ID : 10.4000/lengas.4115


Metrics


Share / Export

Abstract En Es Fr

Following the state of affairs (§1.1) in studies on the LVP, we showcase two complementary points of view for their correct understanding, i.e., their “publication as a book” and the role played therein by Morpain and Lehet (§1.3) in Bordeaux, the humanist and reformist focus following the creation of the College of Guienne (§1.2) and in 1.4. we provide some notes on the initial stages of the Bordeaux printing press. In 1.5. We focus on the similarities of Etxepare with humanists and the Renaissance prior to Du Bellay like in Tory and Dolet and in §1.6 we present a lexical examination of the Epistola Dedicatoria, Contrapas and Sautrela that takes us in that same direction. In §1.7 and §1.8 we underscore the parallel between the "Debile principium" and Rabelais and the remembering the Basque fragments of Rabelais. In §2 we show the context of the book’s repression and the religious wars during which Leizarraga’s work (§2.1) emerged, emphasising the deep meaning that La Rochelle and Haultin contributed to L’s translation work (§2.2), and we analyse the problem of his original or “hypotext” (§2.3), an inescapable task in order to understand its praxis and objectives; in §2.4. We present a new approach in the search for the translated model from the analysis of loans words without same linguistic roots and in 2.5 we remember that grammarization does not imply standardised unification of the language. The sibilants In §2.6 and §2.7, certain Leizarraga graphic options are examined, related to the doctrines of French Protestant grammarians and printers: and biunivocity in sibilants with distinction of fricative and affricate sounds.. In §3 we address aspects of the grammatization of RS, contrasting it with Garibay and other old testimonies: in 3.1 we analyse the size of RS and the "direction" of the translation (Basque/Spanish); in 3.2 we examine certain very marked spellings of RS within the Basque text tradition ( and apical affricate sibilant), related more to the French than the Hispanic tradition; in 3.3 we demonstrate that Mares and not Porralis was the true publisher of the RS and in 3.4 that, in reality, this work was above all a teaching / learning instrument for languages (partic. Basque), a function demonstrated by its singular structure with numbers over each word (§3.5) and in §3.6 we include a coda about the origins of RS incuding the role of Mares is included. In §4 we include the principal conclusions, among which that publications in the vernacular language needed the establishment of linguistic tools, the development of grammatization and a cultural context that permitted the “enlightening” of the language; for that reason, both the LVP and the NT and the RS were born within a continuum, not ex-nihilo or on an island, which makes it essential to reread these works in relation to the printing workshops, scrutinising their ideological surroundings in the context of the extension of new ideas, in an interconnected geopolitical space which experienced major jumps and evolutions in this period. The cited bibliography is included in §5.

Tras un estado de la cuestión (§1.1) de los estudios sobre el LVP, se presentan dos puntos de vista complementarios para su correcta comprensión, i.e., su “puesta en libro” y el papel que en ello juegan Morpain y Lehet (§1.3) en Burdeos, foco humanista y reformista tras la creación del Colegio de Guyena (§1.2) y en 1.4. unas notas sobre los inicios de la imprenta bordelesa. En 1.5. se incide en las similitudes de Etxepare con humanistas y renacentistas anteriores a Du Bellay como Tory y Dolet y en §1.6 presentamos un examen léxico de la Epístola-Dedicatoria, del Contrapás y del Sautrela que nos lleva en la misma dirección. En §1.7 y §1.8 se recuerda el paralelo del « Debile principium » compartido con Rabelais y los fragmentos vascos de Rabelais. Mostramos en §2 el contexto de la represión del libro y de las guerras religiosas en el que surge la obra de Leizarraga (§2.1), destacando la profunda significación que La Rochelle y Haultin aportan a la labor traductora de L (§2.2), y analizamos el problema de su original o “hypotexto” (§2.3), tarea insoslayable para entender su praxis y objetivos; en §2.4. presentamos un Nuevo acercarmiento en la búsqueda del modelo traducido a partir del análisis de préstamos sin arraigo y en 2.5 recordamos que la gramatización no implica unificación de la lengua. Las sibilantes En §2.6 y §2.7 se examinan ciertas opciones gráficas leizarraganas, relacionables con doctrinas de los gramáticos e impresores franceses protestantes: la y la biunivocidad en las sibilantes con distinción de fricativas y africadas. En §3 abordamos aspectos de la gramatización de RS, contraponiéndolo a Garibay y otros testimonios antiguos: en 3.1 analizamos el tamaño del RS y la dirección de la traducción (vasco/castellano); en 3.2 tratamos ciertas grafías muy marcadas de RS dentro de la tradición textual vasca ( y las de la sibilante africada apical), relacionadas más con la tradición francesa que con la hispana; en 3.3 mostramos que fue Mares y no Porralis el verdadero impresor de los RS y en 3.4 que, en realidad, esta obra era ante todo un instrumento de enseñanza / aprendizaje de lenguas (partic. la vasca), función demostrada por su singular estructura con números sobre cada palabra (§3.5) y en §3.6 se incluye una coda sobre los orígenes de RS y el papel de Mares. En §4 recogemos las principales conclusiones, entre ellas que las impresiones en lengua vernácula necesitan el establecimiento de un utillaje linguistico, el desarrollo de una gramatización y de un contexto cultural que permita la "ilustración" de la lengua; por ello, tanto el LVP como el NT y los RS nacen dentro de un continuum, no ex-nihilo ni en una isla, lo que hacía imprescindible una relectura de estas obras en relación con los talleres de impresión, ponderando el entorno ideológico de ellas en el contexto de extensión de las nuevas ideas, en un espacio geopolítico interconectado que conoce grandes sobresaltos y evoluciones en este período. En §5 se recoge la bibliografía citada.

Les auteurs de l’article, contrairement au point de vue habituellement adopté par l’historiographie textuelle et littéraire du domaine basque, basent leurs réflexions sur les divers processus de grammatisation à l’oeuvre dans les premiers ouvrages et fragments en langue basque imprimés au XVIème siècle en décloisonnant et reliant, sur une même ligne diachronique, des mouvements habituellement séparés par la critique spécialisée. Il s’agit ici de tenir compte de la genèse ayant mené à l’acte d’impression du Linguae Vasconum Primitiae (LVP) (« Prémices de la langue des Basques »), « petit traité » (« petit tract ») imprimé en langue basque chez Morpain à Bordeaux en 1545 dédié par l’auteur Bernard Etxepare (Echepare ou Dechepare) originaire de la Navarre de Ultrapuertos à son ami Bernard de Lehet (ou Lahet) avocat du roi François Ier au Parlement de Bordeaux; du Iesvs Christ Gvre Iavnaren Testamentv Berria (« Le Nouveau Testament de Notre Seigneur Jésus Christ ») et des deux opuscules ABC et Kalendrera, traduits en basque par le pasteur Joanes Leizarraga (Liçarrague) et son équipe qui seront imprimés en 1571 chez Haultin à La Rochelle, bastion du protestantisme, selon les voeux de la souveraine du Béarn et reine de Navarre Jeanne d’Albret. S’ajoute également à cette réflexion l’opuscule anonyme Refranes y Sentencias (RS) imprimé à Pampelune en 1596. La question de la grammatisation est posée aussi pour les fragments en langue basque figurant dans le Pantagruel et le Gargantua de Rabelais dans les éditions imprimées par François Juste à Lyon en 1542. Les « illustrations » qui figurent dans l’article ont pour fonction d’enrichir la réflexion en convoquant « le regard graphique » apporté par l’imprimé (Tory etc.).L’article commence par dresser un état des lieux sur les travaux critiques qui se rapportent au LVP en offrant un nouveau point de vue centré sur la matérialité du livre, la péritextualité éditoriale, la grammatisation qui a pu être préalablement mise en place notamment au niveau de l’imprimerie dans le contexte humaniste bordelais dévoilé par « l’archéologie du livre ». En §1, l’orthotypographie et l’analyse lexicale de l’Épitre dédicatoire ainsi que des composition poétiques comme Contrapas (« Contrepas ») et Sautrela («  Sauterelle » ou « Saltarel ») dévoilent l’émergence d’un projet linguistique « d’illustration et de défense » de la langue basque, d’ailleurs bien mis en évidence dans la péritextualité éditoriale par le terme « tract » du Collophon en français, terme qu’il convient de mettre en relation avec les divers projets de grammatisation des langues vulgaires et plus particulièrement avec ceux du français, seule langue citée dans l’ouvrage (cf. l’emprunt du caractère typographique < ç >). Par ailleurs, la reliure du LVP portant les armes de Louis Ier de Bourbon Condé sur les deux à-plats ainsi que la « fermesse » de Jeanne d’Albret sur le dos, renvoient à un lien bibliographique avec la souveraineté du Béarn et le royaume de Navarre remontant au moins à 1564 date à laquelle apparaît le signe du « S fermé » (Chareyre). En §2 les auteurs évoquent le contexte politique (répression du livre, guerres de religion) au sein duquel intervient la traduction en basque du Nouveau Testament (NT) ou Testamentv Berria (TB). L’impression de la traduction en basque du NT se fait en effet après la fin de la troisième guerre de religion qui a vu l’assassinat en 1569 à Jarnac du calviniste et beau-frère de la reine Jeanne, Louis Ier de Bourbon Condé. Les interrogations au sujet de l’hypotexte du NT traduit en basque, sa praxis ainsi que ses objectifs sont mentionnés dans l’article. Il y est rappelé aussi que grammatisation ne signifie pas unification de la langue. Enfin, en §2.6 et §2.7 certaines options graphiques sont mises en relation avec les théories de grammairiens et imprimeurs protestants, choix typographique du < k > et biunivocité dans les sifflantes fricatives et affriquées, de même que l’accent en syllabe finale que Leizarraga a pris à Estienne ainsi qu’à d’autres auteurs protestants français (§2.8). En §3, les auteurs abordent certains aspects de la grammatisation de Refranes y Sentencias : parallèles établis avec l’historiographe Garibay et d’autres témoignages anciens ; matérialité ; direction de la traduction (basque→espagnol); graphies très marquées dans le cadre de la tradition textuelle basque (< hu- > ainsi que celles de la sifflante affriquée apicale) davantage en relation avec la tradition française ou flamande qu’avec l’hispanique ; visée didactique orientée sur l’apprentissage des langues (en particulier du basque) via une structure singulière « avec des nombres sur chaque mot ». L’identité de l’imprimeur de RS sera également questionnée et il apparaîtra que le véritable imprimeur de RS était en réalité Mathias Mares et non Pedro Porralis. La recherche de l’hypotexte de RS est l’occasion de présenter une nouvelle approche fondée sur l’analyse du dialecte basque de RS (zone de Bilbao) et de la marque typographique « A LA FONTAINE ET BOIRE » de Mares, qui renvoie aux Écritures et notamment à Apocalypse 21-6. En conclusion (§4), il apparaît que les impressions en langue vernaculaire (ici le basque) nécessitent au préalable l’établissement d’un outillage linguistique, d’une grammatisation qui rendent possible « l’illustration » d’une langue. Le LVP, le NT traduit en basque, les RS sont mis en livre dans des ateliers d’imprimeur dans un contexte historique et politique précis, au sein d’un continuum complexe en constante évolution et non ex-nihilo.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents