Un siècle et demi de mutations techniques au dépôt-atelier SNCF de Béziers (1858-2001)

Abstract Fr En

Créés à la fin du XIXe siècle par la Cie du Midi sur des emprises héritées du chemin de fer de Graissessac, le dépôt et les ateliers de Béziers, dont les bâtiments revêtent aujourd’hui un intérêt patrimonial certain, s’orientèrent très tôt vers les tractions électrique (1931) et diesel (1951). Dès le début des années 1950, locomotives à vapeur, électriques et diesel cohabitaient ainsi au dépôt, qui géra également le matériel à voie métrique de la ligne de la Cerdagne. Quant aux grands ateliers du matériel, modernisés dès avant 1914 mais fermés lors de la grève de 1920, ils reprirent vie à la faveur de l’électrification. Le site devint en effet, jusqu’aux années 1990, un important atelier de locomotives électriques de la SNCF et le seul de cette catégorie sur la façade méditerranéenne. Cet article retraçant l’historique de l’établissement livre de nombreux détails sur son organisation, son personnel et ses équipements.

Created at the end of the 19th century by the Cie du Midi on rights-of-way inherited from Graissessac railway, Béziers depot and workshops, whose buildings are today of definite heritage interest, adopted electric (1931) and diesel (1951) traction very early on. From the early 1950s, steam, electric and diesel locomotives coexisted at the depot, which also managed the metric track rolling stock of the Cerdanya line. As for the large rolling stock workshops, modernised before 1914 but closed during the strike of 1920, they took on a new lease of life thanks to electrification. Up until the 1990s, the site was used as a major SNCF (French Railway Board) electric locomotive workshop, the only one of its kind on the Mediterranean coast. This article retracing the history of the site provides much detail on organisation, staff and equipment.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents