Abolir les frontières dans la classe ?

Abstract Fr En

Poser la question des frontières à l’école peut s’effectuer sous des formes multiples : entre les différents espaces scolaires, frontières temporelles entre les différents temps éducatifs, frontières, enfin, liées aux contenus d’enseignements. Ce texte propose d’étudier les frontières à l’intérieur même de la salle de classe, espace clos et limité, mais non homogène. Si les frontières sont aussi des lieux de passage, des seuils, comment envisager les effets de seuil au sein même de l’espace classe, en les envisageant comme des enjeux éducatifs ? Quels effets pourraient avoir l’abolition de ces mêmes frontières dans une classe ? Nous proposons de saisir ces enjeux de manière inhabituelle, en commençant ce texte non par un exposé d’ordre théorique ou philosophique, mais par la description succincte de cartes dessinées rendant compte des mouvements, des chemins d’élèves et d’une enseignante dans deux classes (aux pratiques montessorienne et apparentée) aux frontières abolies. Ces cartographies seront ensuite confrontées à un modèle opposé, disciplinaire, comme archétype d’un fonctionnement sur des frontières rigides et infranchissables. En réintroduisant les notions de seuil et de limite, nous esquisserons enfin ce que pourraient être les conditions présidant à une abolition des frontières dans la classe, en soulignant l’importance de rendre cet espace habitable et habité.

To question the bondaries at school can be carried out in multiple forms: between the different school spaces, temporal boundaries between the different educational times, borders, finally, related to the contents of lessons. This text proposes to study the borders inside the classroom, enclosed and limited space, but not homogeneous. If borders are also places of passage, thresholds, how can one envisage the threshold effects within the class space, considering them as educational stakes? What effects could the abolition of these same borders have in a class? We propose to grasp these issues in an unusual way, starting this text with a succinct description of drawn maps of movements, student paths and a teacher in two classes (Montessorian and related practices) at abolished borders. These cartographies will then be confronted with an opposite model, disciplinary, as archetype of a functioning on rigid and impassable borders. By reintroducing the notions of threshold and limit, we will finally draw that could be the conditions presiding over the abolition of borders in the classroom, stressing the importance of making this space habitable and inhabited.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines