L’idéal qui donne sa lumière au silence : Antonio Gramsci et la culture musicale italienne de l’après-guerre

Abstract Fr En

Cette étude aborde l’influence de l’œuvre de Gramsci sur cinq compositeurs italiens d’après-guerre : Bruno Maderna, Luigi Nono, Luciano Berio, Sylvano Bussotti et Giacomo Manzoni. En nous appuyant sur leurs écrits, sur leurs œuvres et sur leurs parcours militants et artistiques, nous chercherons à montrer en quoi la pensée gramscienne a pénétré leurs discours et leurs pratiques. Pour ce faire, nous étudierons dans un premier temps des questions de nature philosophique et sociologique (le rapport entre théorie et praxis, superstructure et infrastructure…), puis des problématiques d’ordre linguistique (la « question de la langue », la dialectique cosmopolitisme/national-populaire…). Nous avancerons enfin quelques observations concernant l’utilisation musicale et politique de l’œuvre de Gramsci et son rôle au sein de la culture italienne, notamment en rapport à la pensée d’Adorno.

This study addresses the influence of Gramsci’s work on five Italian composers of the second post-war period: Bruno Maderna, Luigi Nono, Luciano Berio, Sylvano Bussotti and Giacomo Manzoni. Based on their writings, their works and their activist and artistic careers, we will try to show how Gramscian thought has penetrated their discourses and practices. To this end, we will first study philosophical and sociological questions (the relationship between theory and praxis, superstructure and infrastructure, etc.), then linguistic issues (the “language question”, the dialectic of cosmopolitanism/national-popular, etc.). Finally, we will make some observations concerning the musical and political use of Gramsci’s work and its role in Italian culture, especially in relation to Adorno’s thought.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines