Sexe, adolescence et populisme pénal… ou comment la différence d’âge est devenue un crime

Metadatas

Date

2009

Language
Identifier
Organization

Consortium Érudit

License

Tous droits réservés © Université Laval, 2009



Cite this document

Julie Desrosiers et al., « Sexe, adolescence et populisme pénal… ou comment la différence d’âge est devenue un crime », Les Cahiers de droit, ID : 10.7202/039336ar


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

La hausse de l’âge du consentement sexuel a été présentée comme une mesure de protection des jeunes. Pourtant, ceux-ci étaient déjà protégés contre les abus et l’exploitation sexuels. L’effet concret de la modification législative est ailleurs : désormais, les contacts sexuels consentis entre adultes et adolescents sont interdits. Or les données publiées sur le sujet démontrent que les jeunes ont une vie sexuelle active et que leurs relations intimes avec des adultes, dans un contexte de relative égalité, peuvent s’avérer positives. La criminalisation de la sexualité adolescente est un risque réel. La hausse de l’âge du consentement permet toutefois au législateur d’affirmer à peu de frais une action politique contre les « prédateurs sexuels ». Selon les auteures, cette action s’inscrit clairement dans une perspective populiste.

In recent amendments to the Criminal Code, raising the age of sexual consent was presented as a means for protecting adolescents. Yet adolescents were already protected from abuse and sexual exploitation. The real effect of the legislative amendments is to be found elsewhere : namely that consensual sexual contacts between adults and adolescents are forbidden. Data published on this subject show that teenagers have an active sexual life and that their intimate relations with adults within a context of relative equality sometimes prove to be positive. The criminalization of adolescent sexuality presents a genuine risk. Meanwhile, by raising the age of consent, the legislator claims — at little cost — to be taking political action against “sexual predators.” The authors demonstrate that this represents a clear example of “penal populism.”

From the same authors

On the same subjects

Similar documents