Impacts de clôtures métalliques et de passages fauniques sur la sécurité routière et le déplacement des orignaux le long de la route 175 au Québec

Metadatas

Date

2012

Language
Identifier
Organization

Consortium Érudit

License

Tous droits réservés © La Société Provancher d'histoire naturelle du Canada, 2012


Keywords

clôtures métalliques collisions orignal passages fauniques sécurité routière


Cite this document

Mélanie Bouffard et al., « Impacts de clôtures métalliques et de passages fauniques sur la sécurité routière et le déplacement des orignaux le long de la route 175 au Québec », Le Naturaliste canadien, ID : 10.7202/1009100ar


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Les collisions de véhicules avec les orignaux, un phénomène qui représente une préoccupation majeure pour la sécurité routière, sont en augmentation depuis plusieurs années au Québec. Par exemple, plus de 50 collisions ont été répertoriées annuellement sur la route 175, un tronçon routier en réfection qui traverse la réserve faunique des Laurentides et qui est récemment passé de 2 à 4 voies. À échéance, 67 km de cette route auront été clôturés pour réduire les collisions impliquant l’orignal. Nos travaux visaient à documenter les impacts des clôtures métalliques hautes (2,4 m) et des structures connexes (passages fauniques, sorties d’urgence pour orignal, passages routiers anti-cervidés, etc.) qu’on y a installées sur la sécurité routière et le déplacement de l’orignal. Après 5 années de suivi, les occurrences d’orignaux à l’intérieur de l’emprise clôturée ont diminué de plus de 95 %, réduisant la fréquence annuelle des collisions avec des véhicules de 7,5 collisions (en 2006 et 2007) à aucune (en 2008 et 2009) dans la zone clôturée. En parallèle, la fréquentation des passages fauniques sous la route par les orignaux s’est accrue de 48 % entre 2009 et 2010 (de 189 à 279 passages documentés). Bien que les clôtures métalliques hautes se soient avérées très efficaces pour limiter les déplacements d’orignaux sur la chaussée et réduire les risques de collisions, la croissance des populations et la modification des patrons de déplacement de l’orignal semblent avoir engendré de nouvelles zones à risque le long de la route réaménagée.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents