Universel/particulier : femmes et droits de propriété (Rome, XVIIe siècle)

Metadatas

Author
Date

April 1, 1998

Discipline
type
Language
Identifiers
Organization

OpenEdition



Cite this document

Renata AGO, « Universel/particulier : femmes et droits de propriété (Rome, XVIIe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, ID : 10.4000/clio.347


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Le statut juridique des femmes et de leurs biens introduit des différences par rapport à celui des hommes, différences qui sont tantôt défendues tantôt dénoncées par les femmes elles-mêmes, selon qu’elles visent à mettre leurs biens à l’abri des prétentions des créanciers ou, au contraire, qu’elles manifestent leur volonté de tester le plus librement possible. Mais, en préalable à la différence entre hommes et femmes, se trouve le problème de la définition du droit de propriété en tant que tel. De nombreux témoignages montrent en effet que celui-ci est souvent déduit d’un état de fait, plutôt que de la production d’un titre légitime. Et, à la différence de la propriété, la possession ne se décline pas selon le genre.

The legal statute of women and their properties introduces several differences from men’s own statute. These are sometimes supported and sometimes denounced by women themselves, depending on their willingness to protect their goods from creditors’ pretensions or to be as free as possible in disposing of their property. But previous to any difference between legal statutes is the problem of the definition of property right itself. A large number of evidences show indeed that property right is more often deduced from a state of fact than from the production of a legal title. And contrary to property, possession is not declined with gender.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines