La concentration régulée des entreprises brésiliennes d'autobus urbains

Metadatas

Date

2002

type
Language
Identifier
Organization

Cairn



Cite this document

Étienne Henry, « La concentration régulée des entreprises brésiliennes d'autobus urbains », Entreprises et histoire, ID : 10670/1.ccbaf8


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Ce texte fondé sur une recherche au Brésil expose les spécificités du secteur du transport urbain, par rapport au modèle des pays industriels et à ceux de la périphérie. Le double jeu de l’initiative privée et de la régulation publique a fait émerger des entreprises d’autobus capitalistes, tendant vers le monopole, et les exemples présentés montrent le cheminement qui va de l’artisan, à l’entreprise, puis au groupe. Il y a cinquante ans, des petits transporteurs commençaient leur carrière comme exploitants artisanaux : les plus chanceux sont devenus aujourd’hui les capitaines de groupes d’envergure nationale. Pour rendre compte de cette mutation l’article expose les liens entre la structure d’offre et les modes successifs de régulation : politiques fédérales et surtout politiques municipales. Cette articulation public/privé est présentée dans le cas de São Paulo. Dans cette mégalopole, en raison de la crise, on voit réapparaître un transport urbain semi-collectif « à la latino-américaine », qui s’oppose à la concentration du secteur d’autobus et qui met en cause la régulation du secteur et au-delà, interroge sur une possible maîtrise de tels espaces urbains.

Field research in Brazil shows that urban transportation there differs both from industrial nations and the periphery. The interplay between private initiative and public regulation brought about capitalistic bus companies, following a trajectory from craftsman to enterprise and to group and tending to monopoly. Fifty years ago, small carriers began their career in a very modest way. The luckiest have become the tycoons of nationwide groups. The successive links between transportation supply and regulatory policies at federal and especially municipal levels created a space for entrepreneurship, a striking case of which is described for the city of São Paulo. In this megalopolis, a semi-collective mode of urban transportation reappears, based on the specificities of Latin America, and it confronts the concentration of the bus sector, bringing into question the regulation of the sector and, beyond it, the possibility of control over sprawling urban spaces.

From the same authors

On the same subjects