Traduire la chanson de Roland

Metadatas

Date

October 15, 2018

Discipline
type
Language
Identifiers
Collection

Médiévales

Organization

OpenEdition


Keywords

cantilena Rolandi chanson de geste Chanson de Roland Joseph Bédier nationalisme poésie épique prose traduction vers Cantilena Rolandi chanson de geste epic poetry Joseph Bédier nationalism prose Song of Roland translation verse


Cite this document

Christopher Lucken, « Traduire la chanson de Roland », Médiévales, ID : 10.4000/medievales.9461


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Cette étude présente et analyse pour l’essentiel les nombreuses traductions rythmées ou versifiées de la Chanson de Roland réalisées entre la publication du manuscrit d’Oxford en 1837 et la fin de la Première Guerre mondiale, traductions qui s’efforcèrent de répondre au titre qui avait été donné à cette chanson de geste, d’en restituer d’une manière ou d’une autre le caractère lyrique et de maintenir ainsi le lien que l’on avait établi entre elle et la cantilena Rolandi qui aurait été chantée lors de la bataille de Hastings afin d’encourager les soldats à se battre. Après avoir cherché à préciser ce qui a amené ses premiers traducteurs à en conserver le chant (dans un contexte dominé principalement par la défaite de 1870 et un désir de revanche), elle présente également les arguments avancés en 1922 par Joseph Bédier pour la traduire en prose, plutôt qu’en vers, et s’efforce d’expliquer les motivations et les enjeux d’une telle décision.

This study presents and analyzes the many versified or rhythmic translations of The Song of Roland produced between the publication of the Oxford manuscript in 1837 and the end of the First World War. These translations attempted to keep in mind the title that had been given to this chanson de geste, preserving in one way or another its lyrical character and thus maintaining the link that had been established with the Cantilena Rolandi that was said to have been sung during the Battle of Hastings to encourage soldiers to fight. After having specified what led its first translators to retain the song element of this poem (in a context dominated mainly by the defeat of 1870 and a desire for revenge), it presents the arguments made in 1922 by Joseph Bédier to translate it into prose, rather than verse, and attempts to explain the motives and issues of such a decision.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines