Converging towards American dominance? Developments and structures of consultancy fields in Europe

Metadatas

Date

2003

type
Language
Identifier
Organization

Cairn



Cite this document

Matthias Kipping et al., « Converging towards American dominance? Developments and structures of consultancy fields in Europe », Entreprises et histoire, ID : 10670/1.k3f66b


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Cet article s’efforce d’analyser les tendances récentes en matière de structure et composition des marchés du conseil en Europe : ont-ils été peu à peu dominés par des sociétés qui diffusent avant tout les concepts américains de management ? Il met certes l’accent sur les contextes et les acteurs plus que sur les contenus diffusés, mais il représente une première étape dans la compréhension des rapports entre la structure de l’industrie du conseil et les développements des pratiques de gestion. La notion courante de la domination des grandes multinationales américaines du conseil et l’hypothèse corrélative d’une homogénéisation de ce secteur sont mises en question par les résultats de nos recherches. Bien sûr, l’étude détaillée des principaux acteurs dans un grand nombre d’Etats européens confirme l’idée d’une présence américaine significative et même croissante, portée par la mondialisation et par les effets des stratégies d’économies d’échelle et de synergie menées par ces firmes. Pourtant la branche est aussi caractérisée par de fortes influences dans le sens d’une divergence. En particulier, les grandes sociétés de conseil ont besoin de s’adapter aux systèmes gestionnaires nationaux, les scissions en leur sein sont fréquentes et le segment des petits consultants qui opèrent dans l’espace local et non mondial reste vivace. Dans l’attente de recherches futures, il serait donc prématuré de conclure à une homogénéisation où les Européens s’aligneraient sur les Américains.

The article represents an attempt to analyse trends in the structure and composition of the European consultancy markets in order to examine whether these have tended to become increasingly dominated by consultancies which diffuse primarily American ideas of management. Although the focus is on the contexts and actors rather than the contents of diffusion, it is meant to be a first step in the direction of understanding the relations between the structure of the consultancy industry and developments in management practice. The notion of the dominance of the large American international consulting firms and the homogenisation hypothesis is challenged by analysing the structure of the industry and the mechanisms that seem to drive the development of the market. A detailed survey of the dominant players in a wide range of European countries indeed reveals a significant and increasing American presence, fuelled by globalisation and strategies of these consultancies to achieve economies of scale and scope. At the same time, the industry is characterised by important influences pointing towards divergence. These include in particular the need of the larger consultancies to adapt to national management systems, frequent spin-offs and the subsistence of small consultancies operating in a local rather than a global arena. Until further research is undertaken, a conclusion regarding a homogenisation on American terms might therefore turn out to be premature.

From the same authors

On the same subjects