Lire Loewald : Œdipe revisité

Metadatas

Date

2007

type
Language
Identifier
Organization

Cairn


Keywords

complexe d’Œdipe Loewald succession des générations émancipation individuation expiation expiation réconciliatrice formation du surmoi

Similar subjects Fr

Enfant Enfance Progéniture

Cite this document

Thomas H. Ogden, « Lire Loewald : Œdipe revisité », L’Année psychanalytique internationale, ID : 10670/1.mg7u3a


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Le déclin du complexe d’Œdipe de Loewald marque un tournant1 dans l’histoire de la pensée psychanalytique. À travers une lecture attentive de cet article, l’auteur formule, discute et illustre cliniquement sa propre compréhension de la reformulation du complexe d’Œdipe par Loewald. Cette reformulation s’articule principalement autour des points suivants : 1) l’idée que le cœur même du complexe d’Œdipe est constitué par les tensions entre l’influence des parents et le besoin inné de l’enfant de développer son propre potentiel ; 2) la notion que le parricide œdipien est commandé, encore plus fondamentalement, par une « poussée émancipatrice » de l’enfant ; le parricide implique une révolte en même temps qu’une appropriation de l’autorité parentale ; 3) suite au parricide, l’enfant fait acte d’expiation réconciliatrice [to atone] en internalisant une version transformée de sa perception des parents œdipiens, ce qui résulte en une altération de la structure même du self de l’enfant (c’est-à-dire dans la formation du surmoi comme instance d’autonomie et de responsabilité) ; 4) lorsqu’il s’approprie l’autorité de ses parents, l’enfant « tue en réalité quelque chose de vital en eux... contribuant [ainsi] à leur mort » et à la succession des générations ; 5) la composante incestueuse du complexe d’Œdipe implique, dans le cours normal du développement, la création d’une relation d’objet transitionnelle incestueuse qui, tout au long de la vie de l’individu, médiatise les interactions entre les aspects indifférenciés et différenciés du self et les liens objectaux. L’auteur conclut par une comparaison entre les conceptions du complexe d’Œdipe chez Freud et chez Loewald.

From the same authors

On the same subjects