Trajectoires professionnelles et freins à l'emploi des parents isolés allocataires du RMI ou de l'API

Metadatas

Date

2012

type
Language
Identifier
Organization

Cairn


Keywords

rSa parents isolés minima sociaux trappe à inactivité prestation subordonnée à l'exercice d'un emploi


Cite this document

Ai-Thu Dang et al., « Trajectoires professionnelles et freins à l'emploi des parents isolés allocataires du RMI ou de l'API », Revue d'économie politique, ID : 10670/1.olebtj


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Jusqu’à la généralisation du rSa (revenu de solidarité active), le 1er juin 2009 en France métropolitaine puis le 1er janvier 2011 pour les DOM-TOM, les familles monoparentales pauvres bénéficiaient soit du RMI (revenu minimum d’insertion), soit de l’API (allocation pour parent isolé). Pour alimenter la réflexion sur la question des « trappes à inactivité », nous avons cherché à identifier les freins à l’emploi des parents isolés allocataires du RMI ou de l’API, en exploitant les données de l’enquête de la DREES auprès des allocataires du RMI ou de l’API dans le cadre des expérimentations du rSa. Nous avons mis en évidence quatre types de trajectoires professionnelles : la trajectoire d’« emploi permanent », la trajectoire « principalement en inactivité », la trajectoire « principalement au chômage » et la trajectoire « mixte avec emploi ». Nous avons complété cette typologie par un modèle logit multinomial qui fournit une estimation de la probabilité de suivre une trajectoire type donnée en référence à la trajectoire d’« emploi permanent ». Les résultats des estimations de ce modèle font notamment ressortir que le faible niveau d’études, le fait d’avoir connu de longues périodes d’inactivité, d’avoir deux enfants ou plus et une mauvaise santé augmentent significativement la probabilité de connaître les trajectoires « principalement au chômage ou en inactivité » plutôt que la trajectoire d’« emploi permanent ».

Professional Trajectories of Single-Parent Welfare Recipients and Barriers to Employment Until the introduction of the RSA (Revenu de solidarité active - i.e. Active Solidarity Income) on 1st June 2009 in metropolitan France and 1st January 2011 in overseas territories, poor single-parent families were entitled either to the RMI (Revenu minimum d’insertion – i.e. Minimum Income Integration) or to the API (Allocation de parent isolé – i.e. Lone Parent Benefit). In order to fuel the debate on inactivity traps, we identify employment barriers for single-parents welfare recipients by using data from the Drees survey covering a sample of the RMI or API recipients. The survey was conducted in May-June 2008 when the rSa was tested in some areas. We also build up a typology of professional trajectories for single-parent welfare recipients. Four typical professional trajectories are underlined. We complete this analysis by using a multinomial logit model to explain the belonging to a particular typical trajectory. Having two or more children, poor health, a low level of education and having experienced long inactivity periods increase significantly the probability to belong to the trajectories “mainly in unemployment” or “mainly in inactivity” rather than to the trajectory “always in employment”.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines