« Le più belle poesie si scrivono sopra le pietre ». L’œuvre d’Alda Merini à l’épreuve de la critique

Metadatas

Author
Date

December 31, 2016

Discipline
Scope
Language
Identifier
Organization

OpenEdition


Keywords

Langage Littératures Italie Alda Merini poésie


Cite this document

OpenEdition, « « Le più belle poesie si scrivono sopra le pietre ». L’œuvre d’Alda Merini à l’épreuve de la critique », Calenda, le calendrier des lettres, des sciences humaines et sociales, ID : 10670/1.qdl6qu


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Sept ans après la disparition d’Alda Merini, sa riche production littéraire en prose et en vers commence à faire l’objet d’études critiques plus approfondies, non seulement en Italie mais aussi à l’étranger. Le parcours poétique de l’écrivaine milanaise, disparue le 1er novembre 2009, débute dans les années 50 du siècle dernier, notamment avec la publication du recueil La presenza di Orfeo (1953). Cette jeune poétesse est tout de suite remarquée par des écrivains et des intellectuels de l’époque, entre autres, Giacinto Spagnoletti, Pier Paolo Pasolini, Angelo Romanò.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines