Les lois de «lustration» en Europe Centrale et Orientale : une «mission impossible» ?

Metadatas

Date

2000

Discipline
type
Language
Identifier
Organization

MESR



Cite this document

Jiri Malenovsky, « Les lois de «lustration» en Europe Centrale et Orientale : une «mission impossible» ? », Revue québécoise de droit international, ID : 10670/1.yt46ic


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

La vérification des antécédents, soit la «lustration », constitue une mesure de démantèlement du passé de l 'héritage totalitaire dans les PECO. L'exercice de lustration vise à jeter la lumière sur le passé totalitaire des personnes qui occupent ou doivent occuper des postes publics importants dans le nouvel Etat démocratique. Celui-ci considère des liens trop «intimes» de la personne lustrée avec le régime totalitaire comme un danger qui doit être écarté ou, du moins, minimisé. Les règles de lustration ont été insérées dans des textes législatifs spéciaux dans la plupart des PECO et en Allemagne. Le but légitime des lois de lustration est préventif. Étant donné que dans tous les PECO concernés la mise en oeuvre des lois de lustration est soumise à l'examen judiciaire des cas individuels, le facteur temps représente, à l'heure actuelle, incontestablement l'aspect le plus controversé de la conformité de la législation de lustration avec l'exigence de proportionnalité entre le but légitime et les moyens législatifs permettant de l'atteindre. Il est évident que la proportionnalité avait manqué à certains égards aux lois de lustration originaires, mais les Cours constitutionnelles ont généralement déjà remédié à ce défaut. Un véritable test de la proportionnalité européen ou international n'a pas encore eu lieu, ce qui est peut-être bien, compte tenu du rôle important que les lois de lustration jouent dans la politique interne des PECO. Les lois de lustration ont satisfait l'appel à une justice historique de façon modeste et déformée. Si elles continuent encore à opérer en Europe centrale et orientale, ce n'est pas parce que qu'elles interviendraient de façon notable dans son évolution politique et sociale, mais parce qu'il s 'agit d'un symbole d'un État de droit axé sur des valeurs, et non pas celui formellement stérile. Les PECO sont par conséquent prêts à discuter avec les institutions internationales, mais uniquement de la proportionnalité des moyens régis dans les lois de lustration, et non des lois de lustration comme symbole.

Screening or lustration represents one of the measures to dismantle the Central and Eastern European countries' totalitarian heritage. The screening method brings to light the totalitarian past of persons which hold, or will hold, important public position in the new democratic State. The democratic State considers close personal connection of an individual with a totalitarian regime as a risk which has to be removed, or at least minimized. In most countries of Central and Eastern Europe and in Germany, the screening rules were incorporated into special legislation. The legitimate aim of screening laws is of a preventive nature. As the implementation of the screening laws is linked with the judicial review of individual cases in all relevant countries of Central and Eastern Europe, the time factor is currently the most controversial aspect of the conformity of the screening laws with the requirement of proportionality between the legitimate aim and the legislative means to achieve it. It is obvious that original screening laws lacked proportionality in some respects ; nevertheless, the respective constitutional courts have already remedied this weakness. The real test of proportionality has not been made so far at the European and international levels ; this seems to be rather positive in view of the important role played by the screening laws in domestic policy of the Central and Eastern European countries. The screening laws have satisfied the call for historical justice only modestly and in a distorted way. If these laws are still in force and operative in Central and Eastern Europe, the reason is not that they interfere considerably in its political and social development, but because they represent a symbol of a State governed by the Rule of law and based on values, which are not merely formalistic and sterile. The Central and Eastern European countries are therefore ready to engage in a dialogue with international institutions on the proportionality of the means set down in the screening laws, but not on the screening laws themselves as a symbol.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines