Les trois suites du Cid de Corneille : Chevreau, Desfontaines, Chillac

Metadatas

Date

November 26, 2018

Discipline
Language
Identifiers
Organization

OpenEdition


Keywords

théâtre Literary Reviews Literary Theory & Criticism LIT004150 DSB


Cite this document

Daniela Dalla Valle, « Les trois suites du Cid de Corneille : Chevreau, Desfontaines, Chillac », Presses universitaires de Rouen et du Havre, ID : 10.4000/books.purh.10320


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Les trois Suites du Cid, de Chevreau, Desfontaines et Chillac, sont analysées et comparées d’une part avec le chef-d’œuvre cornélien, d’autre part avec les textes polémiques de la querelle. Malgré leur faiblesse dramatique et poétique, les trois Suites témoignent d’abord du succès du genre tragi-comique dans les années 1637-1639, et elles soulignent que la mode de la tragi-comédie irrégulière n’est pas encore complètement dépassée. Par rapport à la querelle, l’aspect le plus intéressant est le contraste entre les deux premières Suites et la troisième : Chevreau et Desfontaines affirment leur adhésion au triomphe de l’amour contre l’honneur dans le mariage entre Rodrigue et Chimène, mariage qui dans leurs pièces aura lieu, tandis que Chillac met en scène l’opposition violente contre Chimène – que Scudéry avait déclarée et que les Sentiments avaient reprise – en introduisant la présence sur scène de l’ombre vengeresse de son père, la mort de Rodrigue, le désespoir de Chimène elle-même.

Three Suites of Corneille’s Le Cid, written by Chevreau, Desfontaines and Chillac, are analyzed and compared both with Corneille’s masterpiece and with the polemic pamphlets of the Querelle. Far from being perfect in poetry or dramaturgy, the three Suites are nevertheless of some importance to prove the success of tragi-comedy from 1637 to 1639, emphasizing that the irregular art form was not completely obsolete. As regards the Querelle, the most interesting aspect concerns the contrast between the first two Suites and the third one. While Chevreau and Desfontaines imagine the triumph of love over honour by the marriage of Rodrigue and Chimène, whereas Chillac, like Scudéry asserts in the Sentiments, represents the violent contrast against Chimène, putting on stage her father’s shadow and his vengeance, the death of Rodrigue and the despair of Chimène herself.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines