The mobile city governed. Inter-municipal cooperation, mobility policies and development trajectories across the Marseille urban area La ville mobile gouvernée : intercommunalités, politiques de déplacements et trajectoires de développement dans la Région Urbaine Marseillaise En Fr

Abstract En Fr

During the first decade of the 21 century, in France, responsibility for the planning of urban transportation and mobility policies was transferred to the inter-municipal institutions. From that moment, the space from which these policies are planned and the competences they mobilized, are expanding. This major evolution now raises the question of the priorities assigned to these urban policies which are embedded in the political affirmation of the urban area. While the social dimension of mobility is collapsing and the entrepreneurial management of the environmental problems is taking over, for whom and why are these urban transport and mobility policies developed? In this context, this thesis is based on the assumption of a differentiation in these urban policies priorities related to the social, economic and urban history of the urban territories. We will first describe the four supra-communal Marseille Urban Region identities. Then we will analyze the urban public transit and parking regulation policies implemented since the early 2000s by these four inter-municipal institutions. The systematic confrontation of these urban identities with the key objectives of these urban transport and mobility policies brings us to the central result of this work: a typical ideal opposition of the substance of these urban policies. On the one hand, industrial and working class territories, seeking more solidarity, develop urban transport and mobility policies putting forward the social dimension of mobility in a motorized city context. On the other hand, the bourgeois territories, in search of more attractiveness, devise urban transport and mobility policies dominated by the imperative of influence and attractiveness of the core city over the urban region. At a time when a new institutional reform in urban public action is about to be conducted, this research result directly brings up questions about the nature of the metropolitan solidarity that will emerge from the future Aix-Marseille-Provence metropolitan institution.

Au début de la décennie 2000, en France, les intercommunalités d'agglomération (communauté d'agglomération et communauté urbaines) deviennent compétentes afin d'élaborer les politiques urbaines de transport et de déplacements. De fait, les territoires à partir desquels s'élaborent ces politiques urbaines et les compétences qu'elles mobilisent s'étendent. Ce grand changement pose la question des objectifs prioritaires assignés à ces politiques urbaines qui participent désormais d'une animation politique de l'agglomération. Alors que la dimension sociale de la mobilité périclite au profit d'un traitement entrepreneurial des problèmes environnementaux, pour qui et pourquoi sont élaborées les politiques urbaines de transport et de déplacements ? Dans ce contexte, ce travail de thèse pose l'hypothèse d'une différenciation des objectifs prioritaires de ces politiques urbaines selon l'histoire sociale, économique et urbaine des territoires urbains. Dans un premier temps, nous exposons l'identité territoriale de quatre intercommunalités périphériques de la Région Urbaine Marseillaise. Ensuite, nous nous intéressons aux politiques intercommunales de transports publics urbains et aux politiques urbaines de régulation du stationnement déployées depuis le début de la décennie 2000 par ces quatre intercommunalités. La confrontation systématique des objectifs prioritaires des politiques urbaines de transport et de déplacements aux identités territoriales des territoires intercommunaux aboutit au résultat central de ce travail, à savoir une opposition idéale typique de la substance des politiques urbaines de transport et de déplacements. D'un côté, des territoires à l'histoire ouvrière et industrielle, en quête de solidarité, déploient des politiques urbaines de transport et de déplacements qui s'emploient à réactualiser la dimension sociale de la mobilité dans un contexte de ville motorisée. De l'autre côté, des territoires à l'histoire bourgeoise, en quête d'attractivité, déploient des politiques de transport et de déplacements dominées par l'impératif du rayonnement et de l'attractivité de la ville-centre à l'échelle de la région urbaine. À l'heure d'une nouvelle réforme institutionnelle de l'action publique urbaine, ce résultat de recherche interroge directement les registres de la solidarité métropolitaine qui émergeront de la future métropole Aix-Marseille-Provence

From the same authors

On the same subjects