Le thème du labyrinthe comme paradigme de la solitude dans Tuyo es el reino d’Abilio Estévez

Metadatas

Date

December 31, 2013

Language
Identifier
License

info:eu-repo/semantics/openAccess


Keywords

labyrinthe écriture fragmentaire imaginaire solitude labyrinth sketchy writing imaginary loneliness


Cite this document

Quillivic Cindy, « Le thème du labyrinthe comme paradigme de la solitude dans Tuyo es el reino d’Abilio Estévez », Littératures d'Amérique Latine, ID : 10670/1.253z33


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Encore plus que ses prédécesseurs, l’écrivain du XXe siècle est celui du labyrinthe, motif de l’imaginaire humain, emblème d’une quête de sens, recherche d’un centre. Or le labyrinthe est intimement lié au trajet de l’écriture elle-même. Dans le roman Tuyo es el reino, de l’auteur cubain Abilio Estévez, le labyrinthe est omniprésent. En réalité le roman lui-même est un dédale de mots. Et ce labyrinthe se manifeste tant au niveau de l’espace que de l’autre catégorie majeure de toute présence au monde : le temps. Ce roman possède donc une puissance d’égarement double, et les ressources pour créer ce labyrinthe sont multiples : mises en abyme, écriture fragmentaire, rupture de la chronologie, polyphonie des personnages et instances narratives, multiplication des genres. Si le labyrinthe apparaît donc comme un instrument pour matérialiser le trajet de l’écriture, il est aussi un outil pour représenter l’errance humaine et sa solitude intrinsèque.

Even more than his predecessors, the writer of the 20th century is obsessed by the labyrinth, pattern of the human imagination, symbol of a sense’s quest, research of a centre. The labyrinth is closely related to the movement of the writing itself. In Tuyo es el reino, the labyrinth is ubiquitous. Actually, the novel itself is a maze of words, a labyrinth in which the reader gets lost in space, but also in time. So the novel put the reader off the tracks in multiple ways. Various resources are used to create this labyrinth : mise en abyme, sketchy writing, chronology breaks, polyphony, narrative changes and multiplication of the genres. If the labyrinth appears to be a tool that allows to materialize the movement of the writing, it is also used to represent the human wandering and its very own kind of loneliness.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines