Jeux vidéo et jeux d’interaction en face-à-face : vers un modèle unifié d’écologie de l’intrigue

Metadatas

Date

December 18, 2014

type
Language
Identifiers
Organization

OpenEdition


Keywords

fiction analogique environnement ludique écologie de l'intrigue jeux narratifs scénarisation

Similar subjects Fr

divertissement jeux

Cite this document

Olivier Caïra, « Jeux vidéo et jeux d’interaction en face-à-face : vers un modèle unifié d’écologie de l’intrigue », Cahiers de Narratologie, ID : 10.4000/narratologie.7058


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Le débat contemporain sur l'interactivité est largement dominé par le numérique, qu'il se présente sous la forme du récit numérique ou sous celle du jeu vidéo. Minoritaires dans les usages, rarement fixées sous la forme d'œuvres, économiquement insignifiantes, les pratiques narratives de face-à-face (jeux de rôle sur table et grandeur nature, « storygames ») demeurent souvent cantonnées aux notes de bas de page et aux rappels historiques qui cadrent la discussion sans l'alimenter. J'entends rappeler l'intérêt que revêt une analyse plus équilibrée de l'interactivité, et notamment souligner l'inventivité des auteurs « papier-crayon », à l'heure où les techniques de scénarisation en jeu vidéo peinent à se renouveler. L'exemple de quelques storygames montrera comment l'improvisation collective en langue naturelle peut enrichir le regard des narratologues sur l'interactivité. L'idée n'est pas de « jouer » l'analogique « contre » le numérique, mais de bâtir un modèle unifié autour de leurs points communs : les notions d'environnement et d'intrigue.

The contemporary debate on interactivity is largely dominated by reflections on digital storytelling and videogames. Face-to-face practice (full-scale or table RPGs, “storygames”) remains minoritary, rarely sets as works, and economically insignificant. As such they remain usually confined to remarks in footnotes, or to historical reminders that surround the discussion without entering into it. My aim is to underline the interest of having a more balanced analysis of interactivity, especially to emphasize the creativity of authors working with paper and pencil, at a time when screenwriting techniques for videogame are struggling to renew themselves. The example of some storygames shows how collective improvisation in natural language can enrich the narratological understanding of interactivity . The idea is not to favor “analog” against “digital”, but to build a unified model around their common points: the concepts of environment and plot.

From the same authors

On the same subjects