Géographies de la mobilisation et territoires de la belligérance durant la Première Guerre mondiale

Metadatas

Date

March, 2016

Discipline
type
Language
Identifiers
License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

Première Guerre mondiale Histoire globale

Similar subjects Fr

Guerre

Cite this document

Olivier Compagnon et al., « Géographies de la mobilisation et territoires de la belligérance durant la Première Guerre mondiale », Archives ouvertes Amériques, ID : 10670/1.4lncyk


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

The global history of the First World War is still in its inception. To contribute to its development, this article proposes to “de-europeanize” the historiography of the conflict. It suggests some of the ways in which scholars of the war can go beyond “centres” and “peripheries” and combine different spatial scales of analysis. On the one hand, it demonstrates the need to look beyond the European theatres of war to investigate battlefields hitherto deemed to be marginal. For in many regions of world, the distance from – or the absence of – combat did not preserve from the manifold impact and legacy of the war. On the other hand, it also invites scholars to focus on truly global phenomena and objects, such as the environment, natural resources, or diasporas, which allow to break with national framework of analysis and to do justice to the global impact of the Great War. This combined approach underlines the value of a new geography of mobilization and belligerence that matches the diversity of experiences and the truly global dimensions of the First World War.

Prenant acte du fait que l'histoire globale de la Première Guerre mondiale n'en est encore qu'à ses premiers balbutiements, cet article propose de « déseuropéaniser » l'historiographie du conflit en dépassant la dialectique des « centres » et des « périphéries » et en combinant les échelles spatiales de l’analyse. D’une part, il s’agit de déplacer le regard depuis les théâtres européens de la guerre vers des espaces communément considérés comme marginaux, mais dont l’éloignement de l’épicentre des combats n’empêcha pourtant pas qu’ils soient parcourus de tensions directement liées au conflit et qu’ils connaissent des mutations majeures entre 1914 et 1918. D'autre part, il convient également de placer la focale sur des objets de recherche tels que l'environnement, les ressources naturelles ou les diasporas, qui se prêtent particulièrement bien à des approches émancipées des cadres nationaux de la réflexion et permettent de restituer l’impact global de la Grande Guerre. De cette double démarche émergent ainsi les bases d'une nouvelle géographie des mobilisations et de la belligérance entre 1914 et 1918, susceptible de rendre compte du caractère authentiquement mondial que revêtit la Première Guerre mondiale et de la diversité des expériences vécues du conflit.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines