Réemplois d’éléments architecturaux volés et innovations architecturales : l’introduction du marbre dans la Rome tardo-républicaine

Metadatas

Date

September 28, 2017

type
Language
Identifiers
Organization

OpenEdition


Keywords

Remploi marbre colonnes transport temple de Jupiter Optimus Maximus temple de la Fortune Equestre Olympeion temple d’Héra Lacinia Reuse marble columns transport temple of Jupiter Optimus Maximus temple of the Fortuna Equestris Olympieion temple of Hera Lacinia


Cite this document

Pauline Ducret, « Réemplois d’éléments architecturaux volés et innovations architecturales : l’introduction du marbre dans la Rome tardo-républicaine », Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, ID : 10.4000/mefrm.3552


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

L’étude croisée de deux cas de vol d’éléments architecturaux dans des sanctuaires hellénistiques pour les utiliser dans des constructions à Rome, à un siècle d’écart (début IIe puis début Ier siècles av. J.-C.), permet de dégager deux moments charnières de l’introduction du marbre dans l’Urbs. Cette introduction passe d’abord par le remploi, dans des édifices romains, d’éléments architecturaux grecs, dans des marbres qui se diversifient peu à peu, avant que la main d’œuvre romaine ne s’approprie les techniques de travail de ce matériau. Le remploi joue également un rôle central dans l’entrée du marbre dans la construction privée, cette fois par la réutilisation d’éléments architecturaux d’abord destinés à des édifices temporaires. Que ce soit dans l’architecture publique ou privée, ce sont des initiatives individuelles, celles de grands imperatores ou d’hommes politiques de premier plan, et souvent contre la réprobation publique, qui sont le moteur de l’introduction de ce matériau de prestige.

Two examples of stealing architectural elements in major Hellenistic sanctuaries, in order to use them in Roman constructions, have very different endings between the beginning of the 2cd and the beginning of the 1st centuries. They are actually two major steps in the introduction of marble in Rome, which initially consists in reusing some existing elements, first made of white Greek marbles and then of more diverse ones, before the Roman craftsmen were able to use the specific techniques for this material. The reuse also explains the introduction of marble in private architecture: marble elements made for temporary constructions were finally placed in some wealthy domus. Therefore, for both public and private architecture, the introduction of this prestigious material is mainly lead by the personal initiatives of powerful imperatores, often against the public reprobation.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines