Social Worlds and Communities of Practice: a polythetic culture model for 3rd millennium BC Europe in the light of current migration debates

Metadatas

Date

January 29, 2021

type
Language
Identifier
Organization

OpenEdition


Keywords

Néolithique européen ADN ancien migration et changement social théorie de la culture classification archéologique European Neolithic aDNA and Archaeology Migration and social change Culture theory Archaeological classification

Similar subjects Fr

Immigration

Cite this document

Martin Furholt, « Social Worlds and Communities of Practice: a polythetic culture model for 3rd millennium BC Europe in the light of current migration debates », Préhistoires méditerranéennes, ID : 10670/1.6xpp3m


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

As an alternative to the traditional practice of cultural history using a monothetic classification of material, creating “archaeological cultures”, a polythetic culture model based on Strauss´s social worlds and Wenger´s communities of practice is proposed, which better represents the archaeological record dated to the 3rd millennium BC in Central Europe. Based on this approach current migration models elaborated for the 3rd millennium in connection with aDNA evidence are re-evaluated. It is argued that the use of “archaeological cultures” misleads our understanding of population movements. Steppe ancestry, as representing migrants or their descendants, is not primarily connected to specific “cultures” such as the Corded Ware or the Bell Beaker, but rather to a specific social world, a new set of burial practices, i.e. the Late Neolithic complex of individual, gender-specific burials with strict rules of orientation. A strong expression of a new cosmological understanding, a specific set of values is the migration process, rather than specific pottery styles, specific weapons or specific tool types. Including the differential patterns of material culture in the archaeological record results in suggestions of different scenarios of population mixing and social change.

Nous proposons ici un modèle polythétique basé sur les mondes sociaux de Strauss et les communautés de pratique de Wenger en tant qu’alternative à la pratique traditionnelle de l’histoire culturelle qui met en œuvre une classification monothétique des vestiges matériels en créant des « cultures archéologiques ». Celui-ci permet de mieux représenter les données archéologiques du IIIe millénaire en Europe centrale. Les modèles de migration actuels élaborés pour le IIIe millénaire en relation avec des données aDNA sont réévalués sur la base de cette approche. Nous soutenons que l’emploi de « cultures archéologiques » en tant que modèle explicatif induit en erreur notre compréhension des mouvements de population. L’ascendance steppique, représentée par des migrants ou leurs descendants, n’est pas essentiellement connectée à des « cultures » spécifiques comme le Cordé ou le Campaniforme mais plutôt à un monde social spécifique, un nouvel ensemble de pratiques funéraires qui correspond au complexe des sépultures individuelles à différenciation sexuelle du Néolithique final avec des règles d’orientation strictes. Le processus de migration correspond précisément à cette forte expression d’une vision cosmologique nouvelle, d’un nouvel ensemble spécifique de pratiques funéraires, plutôt que la diffusion de styles céramiques particuliers, d’armes ou de types d’outils spécifiques. En incluant différents modèles de culture matérielle aux interprétations archéologiques, divers scénarios de mélanges de populations et de changements sociaux sont proposés.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines