Marthe de Florian, blondeur rose et noir et blanc

Abstract 0

Et puis, durant l'été qui s'accroche aux persiennes, Dans la chambre, pendant les chauds après-midi, Tout ce que tu disais et tout ce que j'ai dit… -La poussière dorée au plafond voltigeait, Je t'expliquais parfois cette peine que j'ai Quand le jour est trop tendre ou bien la nuit trop belle Nous menions lentement nos deux âmes rebelles A la sournoise, amère et rude tentative D'être le corps en qui le coeur de l'autre vive; Et puis un soir, sans voix, sans force et sans raison, Nous...

From the same authors

On the same subjects

Similar documents