From Monnet plan to Bettencourt plan : coal policy and energy policy in France during trente glorieuses Du Plan Monnet au Plan Bettencourt : comment ont évolué la politique charbonnière et la politique énergétique dans les Trente glorieuses ? En Fr

Metadatas

Date

November 14, 2016

Discipline
type
Language
Identifiers
Collection

Archives ouvertes

License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess




Cite this document

Keisuke Mamehara, « From Monnet plan to Bettencourt plan : coal policy and energy policy in France during trente glorieuses », HAL-SHS : histoire, ID : 10670/1.ai9ufp


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

One of the most urgent tasks for French economy after Libération was to increase coal production. French government nationalized coal industry in 1946 and decided to increase coal production in the framework of Monnet Plan by concentrating financial and material resource to coal industry. France succeeded in increasing coal production according to Monnet Plan by the early 50's. The government estimated that national demand for coal would increase constantly through 50's and 60's. On the other hand, France had easier access to coal importation than before in 1952 with the institution of ECSC. However, French government decided to continue to increase national coal production in order to meet national demand for coal by its own production, and in order not to deteriorate current account. But in fact, national demand for coal did not increased as the government estimated. Coal crisis in 1958 forced the government to revise coal production programme to reduce national coal output. Meanwhile, French government made efforts to secure outlets of national coal. These efforts were concretized by the conclusion of contract between Électricité de France (EDF) et Charbonnages de France (CDF). By this contract, EDF was obliged to receive all quantity of national coal that CDF hoped to sell to electric sector. Thus, electric sector had to pay the price for coal policy that the government drew up according to the wrong estimation of national demand for coal.

La pénurie de charbon a constitué une des préoccupations incessantes de la politique énergétique à partir des années trente en France. Dès la Libération, ce problème a conduit le gouvernement à adopter le programme de modernisation du charbonnage. Vers le début des années cinquante, la pénurie absolue en charbon a été endiguée. Dans le même temps, l'ouverture de la CECA a fourni davantage de facilités aux Français pour importer les charbons. Toutefois, le choix du gouvernement a plutôt consisté à accélérer le programme de renforcement de la production de charbon en vue de satisfaire les besoins le plus possible grâce à sa propre production dans une période où le pays souffrait d'une aggravation de la situation de la balance des comptes commerciaux. Cette politique s'est basée sur des hypothèses prévoyant une progression continuelle des besoins en charbon et que les mines françaises se trouvaient en mesure d'améliorer suffisamment leur compétitivité pour concurrencer leurs homologues étrangères. Cependant, ces hypothèses n'ont pas été confirmées par les faits. La crise du charbon de 1958 a provoqué un gonflement des stocks qui a obligé le gouvernement à annoncer le Plan Jeanneney. Le gouvernement a essayé par ailleurs de résoudre le problème de l'accumulation des stocks. Cet effort s'est concrétisé par la conclusion d'un contrat entre l'EDF et les CDF en 1965 par suite de l'intervention des pouvoirs publics. Ces derniers ont contraint l'EDF à accepter tous les charbons proposés par les CDF. L'EDF devait ainsi supporter les charges résultant de la politique d'accroissement de la production charbonnière menée par le gouvernement selon des prévisions erronées.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in