Pourquoi avons-nous encore peur des serpents ? Apport de la psychologie évolutionniste à la compréhension de certains biais comportementaux

Metadatas

Date

2019

type
Language
Identifier
Organization

Cairn

License

Cairn


Keywords

biais comportementaux psychologie évolutionniste évolution behavioral biases evolutionary psychology evolution


Cite this document

Patrick Bonin et al., « Pourquoi avons-nous encore peur des serpents ? Apport de la psychologie évolutionniste à la compréhension de certains biais comportementaux », L’Année psychologique, ID : 10670/1.cqb67x


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

L’objectif de cet article est de présenter brièvement l’apport de la psychologie évolutionniste (ou évolutionnaire) à la compréhension de certains biais comportementaux. Cette orientation théorique, assez peu connue en France, se focalise sur des explications ultimes (centrées sur le « pourquoi »). Une idée-force de cette discipline est que le cerveau a été façonné par des pressions évolutionnaires rencontrées dans le passé ancestral comme trouver de la nourriture ou se protéger des prédateurs. Ainsi, selon cette approche, nous possédons des orientations spécifiques dans le traitement de l’information dans certains domaines – qui peuvent se traduire par des biais comportementaux – liées en partie aux conséquences de la confrontation à ces pressions sélectives rencontrées par nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, ce que nous illustrerons par des études expérimentales sur la nourriture, la prédation, l’exclusion sociale et la contamination.

The purpose of this article is to briefly present the contribution of evolutionary psychology to the understanding of certain behavioral biases. This theoretical orientation, which is not well-known in France, explains behaviors by focusing on ultimate explanations ("why"). A strong idea of this theoretical framework is that the brain has been shaped by evolutionary pressures encountered in the deep past such as finding food or protecting oneself from predators. Thus, we have specific orientations in the processing of information in certain domains – leading to behavioral biases – in part related to the consequences of confronting these selective pressures encountered by our hunter-gatherer ancestors, which we will illustrate by experimental studies on food, predation, social exclusion and contamination.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents