L’expertise pour les politiques nationales de biodiversité en France : quelles stratégies face aux mutations en cours ?

Metadatas

Date

2013

Discipline
Language
Identifier
Relations

This document is linked to :
VertigO : La revue électronique en sciences de l’environnement ; vol. 13 no. 2 (2013)

Collection

Erudit

Organization

Consortium Érudit

License

Tous droits réservés © Université du Québec à Montréal et Éditions en environnement VertigO, 2013



Similar subjects Fr

Estimation (art)

Cite this document

Audrey Coreau et al., « L’expertise pour les politiques nationales de biodiversité en France : quelles stratégies face aux mutations en cours ? », [VertigO] La revue électronique en sciences de l’environnement, ID : 10670/1.cv8dk9


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Le paysage français de l’expertise scientifique sur la biodiversité, mobilisée dans la construction des politiques publiques de protection de la nature, fait l’objet depuis une dizaine d’années d’une intense activité de réforme et de création institutionnelles. Cette étude exploratoire s’appuie sur des entretiens avec un panel d’acteurs agissant à l’interface entre les connaissances et l’action publique. Le champ de l’expertise, en biodiversité comme pour d’autres domaines, est le lieu d’une difficile rencontre entre science et politique. L’inconfort ressenti vis-à-vis du fonctionnement actuel des dispositifs d’expertise est souvent avancé comme argument pour justifier les différentes réformes engagées ces dernières années. Notre travail montre cependant qu’à l’inverse le foisonnement institutionnel récent est source de déstabilisation pour les acteurs, tant du côté des scientifiques que des décideurs politiques. Pour répondre malgré tout à la demande d’expertise, le positionnement des experts peut être décrit par trois figures archétypales - le « garant » de la qualité scientifique, le « gardien » des principes de protection de la nature et l’« agent » spécialisé dans l’expertise au plus près des politiques - dont la légitimité et le pouvoir ont évolué au cours du temps, au détriment des « gardiens ». Cette situation est analysée au regard des enjeux stratégiques de chacun des acteurs et des évolutions récentes du contexte académique et des modes d’élaboration des politiques publiques. Enfin, de nouvelles perspectives de recherche sont identifiées pour approfondir ces résultats.

French environmental public policies on biodiversity are designed drawing upon scientific expertise. The framework of this expertise has been deeply remodeled in the past decade through a series of reforms and the creation of new institutions. This exploratory study was based on interviews with stakeholders working at the interface between scientific knowledge and political action. The concept of “expertise” describes the difficult and complicated relationship between science and action, which is not specific to biodiversity policies but which lead to a feeling of uneasiness for scientists and policymakers. The reforms engaged in the last decade are then often justified by this uneasiness described by interviewees when thinking about expertise processes. However, our results indicate that the recent institutional proliferation is perceived as unsettling by both scientists and policymakers, comforting the existing difficulties. To go beyond these difficulties and meet the demand for expertise, experts adopt what can be described as three archetypal postures – ensuring sound science as “guarantors”, defending conservation principles as “guardians”, or working closely with policymakers as “agents”. "The influence of "guarantors" and "agents" has grown" over time at the expense of traditional “guardians”. Results are analyzed with regard to the strategic stakes of each stakeholder and to the recent changes in academic and political actions. Finally, new research perspectives are discussed to enlarge our results.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in