Les paysages sonores des funérailles d’Achille : à propos des Néréides et des Muses dans l’Odyssée et dans les Posthomériques de Quintus de Smyrne

Metadatas

Date

July 17, 2020

Discipline
type
Language
Identifier
Collection

Gaia

Organization

OpenEdition


Keywords

Odyssée Posthomériques deuil Néréides Muses Odyssey Posthomerica grief Nereids Muses

Similar subjects En Fr

Muses Muses Inspiratrices

Cite this document

Vasiliki Kondylaki, « Les paysages sonores des funérailles d’Achille : à propos des Néréides et des Muses dans l’Odyssée et dans les Posthomériques de Quintus de Smyrne », Gaia, ID : 10670/1.ebr08n


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Dans l’Odyssée ainsi que dans les Posthomériques, les Néréides et les Muses entourent Thétis à l’occasion des funérailles de son fils Achille. Malgré les motifs récurrents, la représentation des deux groupes de déesses fait émerger différents paysages sonores de cette scène funèbre. Les variations de régime énonciatif et de contenu témoignent des deux conceptions distinctes de l’épopée. L’objectif de cet article est, dans un premier temps, d’examiner le vocabulaire des deux épopées dans le but de faire ressortir les nuances de la musicalité de la scène des funérailles d’Achille. Dans un second temps, il a pour but de montrer que les hexamètres dactyliques, les images et surtout les stratégies discursives des deux œuvres mettent en lumière une poétique du deuil différente : la consolation par le rituel chez Homère cède sa place chez Quintus à une consolation par la parole, ce qui produit un effet musical distinct. Cette différence suscite des réflexions sur les relations entre la forme de l’épopée, sa fonction, son public et les modalités de sa réception.

In the Odyssey as well as in the Posthomerica, the Nereids and the Muses surround Thetis on the occasion of the funeral of his son Achilles. Despite the recurring motifs, the representation of the two groups of goddesses brings about the construction of different soundscapes of this funeral scene. The variations of enunciative regime and of content provide evidence for two distinct conceptions of the epic. The purpose of this paper is to examine, first, the vocabulary of the two epics in order to highlight the nuances of the musicality of the scene of Achilles’ funeral. In addition, the objective is to show that the dactylic hexameters, the images and especially the discursive strategies of the two poems draw attention to a different poetics of grief: the consolation by the ritual in Homer cedes its place in Quintus of Smyrna to a consolation by the speech, which produces a different musical effect. This difference gives rise to reflections on the relationships between the form of the epic, its function, its audience and the modalities of its reception.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines