« Moi, solitaire, tel Merlin depuis son tombeau lumineux, faisant entendre mon écho paisiblement, parfois tout près, occasionnellement au loin. »Le vieux Goethe et la reprise de l’œuvre au miroir de la correspondance

Metadatas

Author
Date

2020

Discipline
Language
Identifiers
Licenses

http://creativecommons.org/licenses/by/ , info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

Faust II Schiller Correspondance Goethe Cotta


Cite this document

Anne Baillot, « « Moi, solitaire, tel Merlin depuis son tombeau lumineux, faisant entendre mon écho paisiblement, parfois tout près, occasionnellement au loin. »Le vieux Goethe et la reprise de l’œuvre au miroir de la correspondance », Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société, ID : 10670/1.fl11mw


Metrics


Share / Export

Abstract Fr

La correspondance est ’un des lieux privilégiés de la réflexion du vieux Goethe sur son œuvre dans sa globalité. L’analyse porte ici sur trois principaux points : la manière dont Goethe reprend son œuvre de jeunesse, se présentant dans ses lettres comme la revivant ; la dynamique singulière de la création suspendue à une mort de plus en plus présente et l’hygiène de vie et d’écriture que Goethe instaure dans cet espace-temps en suspens ; le soi épistolaire qui fait corps avec l’œuvre qui se construit comme un tout.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines