Un mort sans sépulture est-il mort vraiment?

Metadatas

Date

March 25, 2020

Language
Identifier
Organization

OpenEdition

Abstract 0

Le deuil est infini pour les rescapés du génocide : par l’incommensurabilité de la perte d’abord, celle de toute une famille souvent, par le savoir ou l’ignorance, selon, de la manière atroce dont ses proches ont été tués et par l’absence des corps de ceux qui ont disparu. À ce dernier propos, ce n’est peut-être pas tant l’impossibilité du recueillement près des tombes qui explique l'inaccessibilité du deuil mais le sentiment d'indignité du repos alors promis à ses défunts. Pour que le surviv...

From the same authors

On the same subjects

Similar documents