Chapitre II. La terre en sa robe de noces

Abstract 0

À la fin de sa vie, Rousseau imaginait les Rêveries, qui sont un livre bien étrange. Il recommençait aussi à copier de la musique et il en écrivait à partir de textes que ses amis lui confiaient, ou qu’il trouvait dans ses lectures ; sans doute les essayait-il sur son épinette, pour lui-même ou pour une petite compagnie. Ces pièces furent recueillies à sa mort par Corancez et Girardin, qui les publièrent sous le titre de Consolations des misères de ma vie, en 1781. On sait encore qu’il avait ...

From the same authors

On the same subjects