From the fabrication of few mud bricks to a Labex, towards the reinforcement of our researches linked to experimentaion and field practice De quelques briques à un Labex, vers un renforcement des recherches en architecture liées à l'expérimentation et à la pratique opérationnelle. En Fr

Metadatas

Date

April 23, 1988

types
Language
Identifiers
Collection

Archives ouvertes

License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess




Cite this document

Thierry Joffroy, « From the fabrication of few mud bricks to a Labex, towards the reinforcement of our researches linked to experimentaion and field practice », HAL-SHS : architecture, ID : 10670/1.h23nnt


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

Starting my career with the manufacture of some bricks for architectural achievements in various places and countries, I soon had the opportunity to experiment with the feasibility of theoretical models when becoming in charge of missions for some of the major international organizations with links to issues related to architecture (UNESCO, ICCROM, UN Habitat, IFRC, World Bank). Recently, the preparation of the dossier and then the charge of Scientific and Technical Manager of LabEx AE & CC - Architecture, Environment and Constructive Cultures - allowed me to become even more aware of the interest of such an approach, the very need to move to another stage, part of which is clearly based on further research.With my habilitation to direct research, I will be able to move this approach to a necessary higher speed, "towards a new development of architectural research related to experimentation and operational practice." This engages me in a more academic orientation, but no question, however, to abandon my past field, so rich in various lessons. On the contrary, the idea is to make good use of these references to guide and / or accompany young researchers closer to reality to ensure the social usefulness of their research and also to prepare them for their subsequent positioning in the labor market.This in-depth research will be conducted as part of a reflection on Architecture that I have shared for several years with all members of our research unit, the ambition to provide answers to three fundamental questions: How to contribute to the fight against poverty? How to better manage natural resources? How to value cultural diversity? To do this, I propose to keep in the background my expertise on architectural heritage and their associated constructive cultures, with a clear perspective on the issue of local development. If this one is thought out on the scale of the territory, it must also take into account the global stakes, each one being able and / or having to act to face the risks that we cannot make run to the future generations.It is therefore decidedly a question of positioning myself in the movement of the "Think global, act local": a reflection on Architecture framed on the one hand in criteria specific to the domain (uses, construction, ambiances) and on the other hand in considering them through the pillars of sustainable development (environmental, economic, social, cultural and governance). It will aim at a real impact in response to social, local and global demands and challenges of some a priori. Indeed, in contradiction with a desire to improve the living environment, the reduction of risks and consumption of grey energy, the evolution of standards and standards in terms of construction appears to have an impact more and more negative on accessibility to decent housing for the greatest number.In this perspective, my future will be first of all to continue our reflexivity efforts in the margins of our field projects, to capitalize all the knowledge accumulated over many years, to analyze it with multi-criteria approaches to draw conclusions and theoretical models that can be used for the architectural project. This research will also focus on social (design, build and live) and cultural (dignity, social status, global normality versus cultural diversity) issues. Will also be explored the issue of standardization and the risks associated with it in terms of exclusion of the poorest populations, obstacles to innovation, and also for the development of short supply chains of building materials, potential vectors of local development.

Démarrant mon parcours professionnel avec la fabrication de quelques briques de terre en vue de réalisations architecturales en divers lieux et pays, j’ai eu assez vite l’occasion d’expérimenter la faisabilité de modèles théoriques, jusqu’à être chargé de mission pour contribuer à l’élaboration de ceux proposés par quelques-unes des grandes organisations internationales ayant un lien avec des questions liées à l’architecture (UNESCO, ICCROM, UN Habitat, FICR, Banque Mondiale). Récemment, la préparation du dossier puis la charge de Responsable scientifique et technique du LabEx AE&CC – Architecture, environnement et cultures constructives - m’ont permis de prendre encore plus conscience de l’intérêt d’une telle démarche, la nécessité même de passer à un autre stade dont une partie repose à l’évidence sur des recherches plus approfondies. Avec mon habilitation à diriger des recherches, cette démarche déjà engagée va donc pouvoir passer à cette nécessaire vitesse supérieure, « vers un nouveau développement des recherches en architecture liées à l’expérimentation et à la pratique opérationnelle ». Cela m’engage dans une orientation plus académique, mais pas question toutefois de délaisser mon passé de terrain, si riche en enseignements divers. Au contraire, l’idée est de bien utiliser ces références afin de guider et/ou accompagner de jeunes chercheurs au plus près des réalités afin de bien s’assurer de l’utilité sociale de leurs recherches et aussi de les préparer à leur positionnement ultérieur sur le marché du travail. Ces travaux de recherche approfondie seront menés dans le cadre d’une réflexion sur l’architecture que je partage depuis plusieurs années avec l’ensemble des membres de notre unité de recherche, soit l’ambition d’apporter des réponses à trois questionnements fondateurs : Comment contribuer à la lutte contre la pauvreté ? Comment mieux gérer les ressources naturelles? Comment valoriser la diversité culturelle ? Pour cela, je propose de garder en toile de fond mon expertise sur les patrimoines architecturaux et leurs cultures constructives associées, en mettant clairement en perspective la question du développement local. Si celui-ci est pensé à l’échelle du territoire, il doit aussi prendre en compte les enjeux globaux, chacun pouvant et/ou devant agir pour faire face aux risques que nous ne pouvons faire courir aux générations futures. Il est donc résolument question de se positionner dans le mouvement du « Penser global, agir local » : une réflexion sur l’architecture cadrée d’une part dans des critères spécifiques au domaine (usages, construction, ambiances) et d’autre part en les considérant au prisme des piliers du développement durable (environnemental, économique, social, culturel et gouvernance). Elle visera un impact réel en réponse aux demandes sociales, locales et globale et des remises en cause de certains à priori. En effet, en contradiction avec une volonté d’amélioration du cadre de vie, de diminution des risques et des consommations d’énergie grise, l’évolution des standards et des normes en matière de construction apparaît avoir un impact de plus en plus négatif sur l’accessibilité à un logement décent pour le plus grand nombre.Dans cette perspective, il s’agira tout d’abord de poursuivre nos efforts de réflexivité en marge de nos projets de terrain, pour capitaliser tout le savoir accumulé depuis de nombreuses années, de l’analyser avec des approches multicritères pour en tirer des conclusions et des modèles théoriques utilisables pour le projet d’architecture. Ces recherches porteront aussi sur les questions sociales (concevoir, construire et habiter) et culturelles (dignité, statut social, normalité globale versus diversité culturelle). Sera aussi explorée la question de normalisation et des risques qui lui sont liés en matière d’exclusion des populations les plus démunies, de freins à l’innovation, et aussi pour le développement de filières courtes de matériaux de construction, vecteurs potentiels de développement local.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Export in