Quand maximiser le pouvoir d’agir se retourne contre la personne vulnérable

Metadatas

Date

2018

type
Language
Identifier
Organization

Cairn

License

Cairn


Keywords

vieillissement pouvoir d’agir éthique Hobbes empathie égocentrée harcèlement thérapeutique autonomie aging empowerment ethics Hobbes egocentered empathy therapeutic harassment autonomy


Cite this document

Bertrand Quentin, « Quand maximiser le pouvoir d’agir se retourne contre la personne vulnérable », Gérontologie et société, ID : 10670/1.hgvldd


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Certains concepts développés pour remédier à des contextes d’absence radicale de participation sociale peuvent donner l’impression de n’offrir qu’une démarche d’émancipation, bien loin de toute idéologie. C’est le cas avec l’empowerment ou volonté de favoriser le « pouvoir d’agir » des individus. Il s’agira ici cependant de repérer les angles morts d’un tel concept, notamment dans le contexte des établissements pour personnes âgées. Si Thomas Hobbes est le père d’une conception qui fait reposer l’identité d’un individu sur son aptitude à augmenter son pouvoir sur le monde et les autres, cette position n’est pas sans poser la question de cette obsession de maîtrise. Son travers possible dans le cadre d’une immersion en Ehpad sera celui de « l’empathie égocentrée » issue des soignants ou même des proches. Un autre travers possible est l’accentuation du risque de « harcèlement thérapeutique ». Des injonctions difficiles à suivre pour tous se retournent alors contre certaines personnes. Par-delà la bonne intention dans l’effort pour permettre un pouvoir d’agir à des personnes souvent vulnérables, cet article revendique une vigilance pour ne pas exténuer les individus dans un activisme hors de propos.

Some concepts that have been promoted in order to avoid situations of a total lack of social participation may appear to only represent emancipation, and therefore to be free from any ideology. Such is the case with the concept of “empowerment.” The aim of this paper is to point out how this does not fit so well, especially in retirement and nursing homes. Thomas Hobbes appears to be the father of the idea that man is himself when he desires “power after power,” but this should be questioned. The problem it comes up against in retirement and nursing homes is “egocentered empathy” from care-givers or relatives. Another problem may be the increasing risk of “therapeutic harassment.” Beyond the good intentions of efforts to enable the empowerment of vulnerable people, this paper calls for watchfulness so as to not exhaust people by involving them in unwarranted activism.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents