L'impact de la langue maternelle sur la prononciation des phonèmes de la langue française

Metadatas

Date

May, 2018

Discipline
type
Language
Identifiers
Licenses

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/ , info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

Accent Phonèmes


Cite this document

Manon Aquevillo, « L'impact de la langue maternelle sur la prononciation des phonèmes de la langue française », Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance, ID : 10670/1.hutdhq


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

The current globalization is resulting in increasing international mobility. Teachers in schools are therefore asked to teach children from diverse and varied backgrounds. For kindergarten teachers, a special job is to conduct on the "foreign accents" of these students when learning the French language. Indeed, each language is composed of different phonemes of its own and it is difficult for children to pronounce some when they do not exist in their mother tongue.The intention of this paper is to answer the question of what (s) method (s) of learning put in place to allow these children for whom French is not the native language, to pronounce correctly the different phonemes of the French language?Two methods have been experimented in a mid-section class to observe their efficiencies. The Borel-Maisonny method that associates a phoneme with a gesture and the "Une clé pour les sons" method that compares articulatory positions of phonemes two to two. At the end of these processes, it seems that joining the two methods is the most relevant. Indeed, to link a gesture to a phoneme on the one hand and to associate it with an articulatory position on the other hand, allowed the most important margin of progression.

La mondialisation actuelle se traduit par une mobilité internationale croissante. Les professeurs des écoles sont par conséquent amenés à enseigner à des enfants d'origines diverses et variées. Pour les enseignants de maternelle, un travail tout particulier est à mener sur les « accents étrangers » de ces élèves lors de l'apprentissage de la langue française. En effet, chaque langue se compose de différents phonèmes qui lui sont propres et il est difficile pour les enfants d'en prononcer certains lorsqu'ils n'existent pas dans leur langue maternelle.L'intention de ce mémoire est de répondre à la question de savoir quelle(s) méthode(s) d'apprentissage mettre en place afin de permettre à ces enfants pour qui, le français n’est pas la langue maternelle, de prononcer correctement les différents phonèmes de la langue française.Deux méthodes ont été expérimentées au sein d'une classe de moyenne section afin d'observer leur efficacité. La méthode Borel-Maisonny qui associe un phonème à un geste et la méthode « Une clé pour les sons » qui compare les positions articulatoires des phonèmes deux à deux. Au terme de ces expérimentations, il semblerait qu'unir les deux procédés soit le plus pertinent. En effet, lier un geste à un phonème d'une part et l'associer à une position articulatoire d'autre part, a permis la marge de progression la plus importante.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines