Des coups de bourse aboliront-ils la République ?

Metadatas

Date

July 9, 2018

Discipline
Language
Identifiers
Organization

OpenEdition


Keywords

peurs histoire des représentations République History HIS013000 HBJD

Similar subjects En

Commonwealth, The

Cite this document

Clément Weiss, « Des coups de bourse aboliront-ils la République ? », Presses universitaires de Rennes, ID : 10.4000/books.pur.47357


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Héritier de l’accapareur d’Ancien Régime, l’agioteur est érigé en antimodèle de citoyenneté après Thermidor et sous le Directoire. Les discours politiques et littéraires répètent que les agioteurs sont omnipotents et que leurs spéculations frauduleuses sapent la propriété, déprécient les assignats et ruinent la République. Confronter ces discours à la « chasse aux vampires » menée au Palais Royal par les commissaires de section parisiens permet de saisir l’ambiguïté d’une pratique sans cesse invoquée, mais difficilement imputable à des individus précis et donc impossible à réprimer de manière efficace. Il s’agit donc de se demander comment une pratique incertaine a pu cristalliser les peurs de la société thermidorienne et comment le signalement stéréotypé de l’agioteur, dont les commissaires répètent à longueur de rapports l’inadaptation au réel, a pu devenir l’un des symboles des désordres de la Révolution.

Successor of the Old Regime’s hoarder, the “agioteur” is raised to a counter-model of citizenship after Thermidor and during the Directory. Literary and political discourses repeat that “agioteurs” are omnipotent and that their illegal speculations attack property, depreciate assignats and shatter the Republic. The comparison between these discourses and “vampire hunting” conducted by police commissionners in the Palais Royal underlines the ambiguity of agiotage as a concrete practice because nobody matches the stereotypical description of agioteur. This article will question why, despite its inadequacy in practice, the stereotype of counter-revolutionary agioteurs had become one of the symbols of revolutionary disorder and had cristallized fears of Thermidorian society.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines