Enseigner la sociologie hors les livres

Abstract Fr En

Ce texte propose un retour rétrospectif et réflexif sur les pratiques d'enseignement d'un cours de méthodes qualitatives en sciences sociales au sein d'une grande école, l'ENS Paris-Saclay. En analysant le contexte académique et institutionnel dans lequel cet enseignement se déploie, cet article souligne les effets de la socialisation scolaire en classes préparatoires sur la résistance au « bricolage » de l'enquête de terrain. Plus généralement, il pose la question de comment enseigner la cuisine de la recherche qualitative en sociologie dans un cursus pluridisciplinaire où la hiérarchie supposée des méthodes et des disciplines n'est pas sans effet sur la manière dont les enseignant.e.s et étudiant.e.s appréhendent le cours. Cette démarche réflexive sur la pédagogie à adopter est d'autant plus cruciale que les enseignantes, doctorantes, sont également elles-mêmes d'apprenties chercheuses : en transmettant des manières de faire, c'est aussi leurs propres pratiques de recherche qu'elles mettent à l'épreuve.

This article offers a retrospective and reflexive analysis of teaching practices taking place in a Qualitative Methods for Social Science course in a French Grande Ecole, ENS Paris-Saclay. We analyze the academic and institutional environment of the course and show how prior socialization in preparatory classes generates resistance to the methodological bricolage of field investigations. Beyond, we address the issue of teaching the « cuisine » of qualitative research in sociology within a multidisciplinary curriculum where disciplines and methods are assumingly ranked – which impacts on both teachers’ and students’ views regarding the course. Reflecting back on pedagogy is particularly key when teachers are doctoral students, thus still student-researchers: transmitting ways of doing research also means challenging their own practices.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines