Gustave Courbet, une pornographie à énigmes

Metadatas

Date

2015

type
Language
Identifier
Collection

Romantisme

Organization

Cairn

License

Cairn



Cite this document

Thomas Schlesser, « Gustave Courbet, une pornographie à énigmes », Romantisme, ID : 10670/1.new1ds


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Courbet pornographe ? Voilà qui relèverait du pléonasme depuis que L’Origine du monde, tableau inconnu en son temps, est devenu une nouvelle Joconde surmédiatisée ces deux dernières décennies. Il convient cependant, pour mesurer plus justement la teneur de cette pornographie, d’en revenir à une mise en contexte. Comment donc Courbet a-t-il pu être tout à la fois l’artiste hédoniste de la « pornotopie » et avoir été présenté par un de ses plus fidèles alliés — Proudhon — comme un moralisateur, châtiant les déviances morales de son temps ? On trouvera des explications à cette apparente contradiction en revenant sur les stratégies visuelles du peintre réaliste. On pourra également aborder certaines découvertes récentes, extrêmement stimulantes, quant à ses obsessions homosexuelles. L’article prend pour corpus à la fois les tableaux licencieux les plus marquants de Courbet — Les Baigneuses, le Sommeil — mais aussi ses nus et la très étrange Hallali du cerf.

Courbet, a pornographer? To say so seems pleonastic given the way The Origins of the World, a painting with no public reputation in his time, has become a new over-mediatised Mona Lisa over the last two decades. It is nonetheless necessary, in order to take the measure of this pornography, to put it back in its context. How can Courbet have been both the hedonist painter of “pornotopia” and been presented by one of his moth faithful allies – Proudhon – as a moralist castigating the moral depravities of the times? Explanations for this apparent contradiction will be found in the realist painter’s visual strategies. The import of his homosexual obsessions, as recently discovered, can also be assessed. This study focuses on Courbet’s most notable licentious paintings – The Bathers, The Sleeping Woman – but also on his nudes and on the very strange Kill of the deer.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents