Devenir homosexuel ? Politiques migratoires et vérité de l’identité sexuelle

Metadatas

Date

July 11, 2019

type
Language
Identifiers
Organization

OpenEdition


Keywords

Vérité sexuelle homosexualité migrant.e.s sexuel.le.s politiques d’immigration identification performance subjectivation Sexual truth homosexuality sexual migrants immigration policies performance subjectivation.

Similar subjects Fr

Immigration

Cite this document

Éric Fassin et al., « Devenir homosexuel ? Politiques migratoires et vérité de l’identité sexuelle », Genre, sexualité et société, ID : 10.4000/gss.5543


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Cet article porte sur la pertinence nouvelle de la catégorie d’homosexualité dans un contexte où le sexe est devenu la vérité démocratique ultime. Les politiques d’immigration supposent en effet de séparer, dans la migration sexuelle, les « vrais » des « faux ». D’un côté, les juges essaient de définir l’homosexualité par des critères objectifs ; de l’autre, ces migrant.e.s sexuel.le.s doivent négocier leur identité subjective entre des exigences contradictoires. Au lieu de reprendre les discours en miroir de la « libération homosexuelle » et de « l’impérialisme gai », qui supposent tous deux une vérité de l’homosexualité (occidentale ou non-occidentale), nous analysons, à partir de deux entretiens avec des couples gais binationaux, l’identification comme une performance relationnelle qui, plus qu’un simple rôle, constitue la subjectivité du migrant sexuel.

Our article is about the new relevance of the category of homosexuality in a context where sex has become the ultimate democratic truth. Immigration policies rely on sorting “true” sexual migrants from “fake” ones. On the one hand, judges try to define homosexuality with objective criteria; on the other, the subjective identity of these migrants is the result of their negotiating with contradictory constraints. Instead of borrowing from the mirroring discourses of “gay liberation” or “gay imperialism,” that are both based on the presumption of a “true” sexual identity (whether Western or not), we use two interviews with bi-national gay couples to analyze identity as a relational performance which is, more than mere role-playing, part of the subjectivation of sexual migrants.

From the same authors

On the same subjects