LA VIDEOMUSIQUE ET SON DESTINATAIREUn exemple de coopération interprétative

Metadatas

Date

2019

Language
Identifiers
License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

representation Videomusic perception herméneutique intermédia individuation


Cite this document

Jean-Pierre Moreau, « LA VIDEOMUSIQUE ET SON DESTINATAIREUn exemple de coopération interprétative », Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société, ID : 10670/1.ogk2no


Metrics


Share / Export

Abstract Fr

Un exemple de coopération interprétative Jean-Pierre MOREAU 1. AUDIO-SPECTATOR IN FABULA Dans son ouvrage Lector in fabula 1 , paru en 1985, Umberto Eco interroge le rôle du lecteur et de sa coopération interprétative dans les textes narratifs, postulant une liberté interprétative restreinte par des caractéristiques structurelles propres à la situation d'énonciation. De la même façon nous interrogerons les conditions de coopération interprétative de l'audio-spectateur, en lien aux restrictions dues aux caractéristiques structurelles de la vidéomusique, cet art audio-visuel émergent, défini comme « alliant musique et image en mouvement dans une expression sensorielle unifiée » par Jean Piché, compositeur et inventeur du néologisme. La relation du sujet au texte de l'oeuvre est théorisée dès les années 1925 par Mikhaïl Bakhtine (1895-1975), historien, philosophe et théoricien russe de la littérature. Le dialogisme, nom de cette théorie, désigne le fait que l'être ne peut s'appréhender de manière juste qu'en tant que sujet, c'est-à-dire comme résultant d'interrelations humaines et qu'il ne peut, par conséquent, être objectivé. Il est un être d'action, plus précisément : d'interaction. Cette interaction humaine s'inscrit dans la durée lorsqu'elle fait oeuvre, ce que Bakhtine nomme texte (retrouvant ainsi le sens premier de ce mot qui signifie originellement « tissu »). Le principe dialogique proposé par Bakhtine pense tout texte en ouverture, aussi bien dans la direction de son extériorité que dans celle de son antériorité, et se donne pour principe qu'on ne peut analyser un énoncé sans prendre en compte la situation d'énonciation et les énoncés antérieurs avec lesquels il entre en relation. C'est l'empathie qu'éprouve le sujet pour le texte, qui permet d'exister à cette relation de l'énonciateur et du destinataire à l'énoncé, empathie à laquelle succède une objectivation par retour à soi : Dans la contemplation esthétique, une composante essentielle (mais non la seule) est constituée par l'empathie avec l'objet individuel de la vision, sa vision intérieure dans son essence propre. À cette composante d'empathie succède toujours une composante d'objectivation, c'est-à-dire le fait de situer l'individualité comprise par empathie en dehors de soi, sa séparation de soi, et le retour en soi. 2 1 ECO, Umberto, Lector in fabula : le rôle du lecteur ou la coopération interprétative dans les textes narratifs, Paris, Ed. LGF, Le Livre de poche, 1985.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents