00336

Metadatas

Language
Identifier
License

domaine public



Cite this document

« 00336 », SCD Univ. Strasb. : sciences juridiques, ID : 10670/1.okr2su


Metrics


Share / Export

Abstract 0

-£_■ I* 46j SALI. SALM. corte de deux mille cinq cens hommes. Ce tel dont un partie du Lac eft couvert en forme de glace, fe coupe en gros pains qu'on porte par terre jufqu'aux Bâtimens Mofcovites, y ayant affez loin de la Rivière au Lac. Les Saunes d'Oeft-Toëga fur la Dwina, font pareillement très confidérables ; elles ne font pas éloignées de la rivière, ôe confiftent en quatre puits ou fources d'eau falée; on tire cette eau avec des efpèces de pompes , qui diftribuent enfuite dans des tuyaux, qui la conduifent jufqu'aux lieux deftinés pour la cuiffon du fel. Chaque puits eft enclos dans un bâtiment de bois ; ces quatre fources donnent autant d'eau qu'il en faudroit pour remplir vingt Salins ; en 1708 , il n'y en avoit que fix en état , encore ne s'en fervoit-on que d'un foui. Chaque Salin eft dans une loge particulière .• au milieu de chacune il y a un fourneau fur lequel la Chaudière eft placée , ou plutôt fufpendue avec de grottes perches ôc des crochets de fer ; la forme des Chaudières eft quarrée ; chaque face a quinze pies ôc demi : elles font de fer ; on y fait bouillir l'eau pendant foixante heures entières , ôc lors que pendant tout ce tems elle s'ébouillc trop promtement, on y ajoute de nouvelle eau. Chaque Salin produit quarante Poets de fel, ce qui revient à 1333 livres. Le prix ordinaire du Poet .de fel eft deux fols ; on en donne néanmoins jufqu'à trois à Archangel. • Cette Saline appartient préfentement au Czar. On peut mettre encore au nombre des Salines de Mofcovie , une longue Bruyère de plus de foixante Se dix lieues d'Allemagne au deçà du Volga vers le couchant, ôe une autre de plus de 80 lieuè's te long de la mer Cafpienne , qui produifent du fel en plus grande quantité que les marais falans de France ôc d'Efpagne. Les Mofcovites en font un très grand trafic, en le portant for le bord du Volga, où ils te mettent par grands morceaux jufqu'à ce qu'ils ayent la commodité de le tranfporter ailleurs. L'Ile d'Yvica fur tes Côtes d'Efpagne , qui font baignées de la Méditerranée, a d'abondantes Salines; c'eft cette Ile qui fournit de tel, non feulement toute l'Efpagne ôc une partie de l'Italie , mais encore quelques endroits de Barbarie , particulièrement le Royaume d'Alger. On a vu quelquefois tes Ducs de Savoye faire apporter de ces fels pour la fourniture de leurs Etats , ôc fur tout du Piémont. -j- Salines de Lorraine. Voyez T Article du Sel. SALINS. On nommoit autrefois à la Rochelle , la Cour des Salins , une Jurifdiclion qui y fut établie vers l'année I03y, pour connoître des différens mus à l'occafïon de la poffeflïon des Salines ; ôe il fut mis 19 fols 6 deniers de droits fur chaque muid de fel ras chargé , tant dans l'étendue du Bureau de Brouage , que de celui de Rhé , pour fervir au payement des gages des Officiers. La Cour des Salins fut fupprimée quelque tems après , mais le droit fubfifte encore prefqu'entier , ôc il fe paye à deux Particuliers , dont l'un en a y fols 7 deniers J, ôc l'autre 9 fols 10 deniers 1. Ce droit s'acquitte également par les François ôc par les Etrangers. SALLORGES. Voyez Salorges. SALME , en Italien Salma. Mefure des liquides dont on fe fort dans la Calabre ôc dans la Pouille , Provinces du Royaume de Naples. La Salme eft de 10 ftars , ôc te ftar de 32 pigna- tolis ou pots , qui font à peu près la pinte de Paris : ainfi la Salme contient environ 320 pots ou pintes. Salme. C'eft auffi un poids de 25 livres. Salme. C'eft encore une mefure des grains dont on te fert à Palerme. Le Salme contient irjtomoli, ôc le tomoli 4 mondels ( ou mondili). 10 fahnes 2 feptié- mes font te laft d'Amfterdam. SAL-NITRE. Voyez Nitre ou Sel. SALM. SALP. ^g Le Sal-Nitre paye les droits d'entrée fur le pié de 4.0 f. du cent pefiant. SALOIR. Vaiffeau de bois où l'on garde fe fel. Les Chaircuitiers nomment auffi te Saloir, le vaiffeau où ils falent la chair de porc ôe tes lards qu'ils coupent ôe débitent en flèches. Ces Saloirs font ordinairement de bois, quelquefois ronds , ôc quelquefois longs en forme de coffres ou de cuves. U y a aufiï des Saloirs de terre cuite, dont l'ouverture eft très large. Les chairs falées fe confervent mieux dans ces derniers ; mais outre qu'ils fe caftent aifément ils ne font pas capables d'en contenir beaucoup. SALORGES. Amas de fel, ou efpèces de meules de fel deftiné pour en faire commerce. L'Ordonnance des Gabelles défend d'avoir des Salorges plus près de cinq lieues des Greniers de la Ferme. On nomme ainfi à Nantes Se dans plufieurs autres lieux de Bretagne , tes Magafins, où les Marchands, qui font te Commerce des Sels, ont coutume de mettre Se conferver leurs dits Sels. Il en eft parlé dans la Pancarte ou Tarif de la Prévôté de Nantes. SALPETRE ou SEL PETRE , que tes Chy- miftes appellent Dragon, Cerbère, ou Sel d'Enfer. C'eft une efpèce de fel naturel ou artificiel très connu ôc d'un grand ufage, foit dans la chymie, foit pour la compofition de la poudre à canon , foit pour la teinture où il eft compté parmi les drogues non colorantes, c'eft-à-dire , avec lefquelles on prépare les étoffes à être mifes en couleur. U s'en confomme encore beaucoup dans les verreries , pour les eaux-fortes, Se pour la, fonte des métaux. On donne auffi au Salpêtre le nom de Nitre. Le Salpêtre naturel ou minerai fe trouve en plufieurs endroits du Royaume de Pegu ôe aux environs d'Agra, dans des villages préfentement deforts. On en trouve auffi dans quelques campagnes le long du Volga, cette rivière fi fameufe , qui après avoir arrofé une partie de la Mofcovie Se du Royaume d'Aftracan , va te décharger dans la Mer Cafpienne. -f Le Salpêtre naturel ou minéral, dont parie ici l'Auteur , te trouve en grande quantité dans le Royaume de Behar qui apartient au grand Mogol, Se dont Patna eft la Ville capitale. 11 y a des terres peu éloignées du Gange , qui en font toutes remplies. Les Hollandois ont un Comptoir dans cette Ville, principalement pour y raffembler le Salpêtre ôc l'Âmphion (ou Opium,) qu'ils tirent de ce Royaume. Ils ont encore un autre Comptoir plus haut fur Je Gange à 12 lieues de Patna, dans une petite Ville appellee Chiopera , où ils font purifier le même Salpêtre , ôe qui eft près des endroits où on l'amaffe. Tout ce Salpêtre defeend par le Gange à Bengale, d'où il eft diftribué par le moyen du Commerce ôe de la Navigation dans tout le refte des Indes. La Compagnie Hollandoife en fait aporter auffi beaucoup en Hollande. C'eft le plus beau Salpêtre du monde ; il eft blanc, ôe en gros ôc beaux criftaux. Voyez l'Article du Commerce du Royaume de Bengale , fous le nom de Chiopera. Le Salpêtre naturel fe tire de trois fortes de pierres , de noires, de jaunes ôc de blanches. Le Salpêtre qui vient des pierres noires eft le meilleur, n'ayant pas befoin comme les deux autres d'être purifié pour en faire la poudre à canon. Une autre forte de Salpêtre naturel eft celui qui diftillant dans des cavernes ou le long des vieilles murailles, s'y forme en criftaux. On l'appelle Salpêtre de roche : les Anciens te nommoient Aphronitre. L'eau du Nil, ce fleuve fi fameux de l'Egypte f aidée de l'ardeur du foleil, ôc ménagée à peu près de même que l'eau de la Mer dans tes marais falans de Broüage où l'on fait le fel commun en France, fournit une ooifiéme efpèce de Salpêtre naturel, connue des Anciens fous le nom de NatrumoudJ- natrurn

On the same subjects

Similar documents