The United States of America in high school (1905-2004). Genealogy of the geography of the United States for the final year of secondary school in France. Les États-Unis au lycée (1905-2004). Généalogie de la géographie des États-Unis en classe de terminale en France. En Fr

Metadatas

Date

July 4, 2011

Discipline
type
Language
Identifiers
License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

pistemology of geography school geography United States urban geography power geopolitics social representations anti-Americanism Épistémologie de la géographie géographie scolaire États-unis région géographie urbaine puissance géopolitique représentations sociales antiaméricanisme France


Cite this document

Wastable Marielle, « The United States of America in high school (1905-2004). Genealogy of the geography of the United States for the final year of secondary school in France. », Le serveur TEL (thèses-en-ligne), ID : 10670/1.omr25t


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

This work depicts the genealogy of the representation of the USA of the 20th Century in geography lessons for Terminales (final year of secondary school). It analyses the transfers between how geography is taught at university and in secondary schools as well as the influence of the non-scientific context and the social representations on the setting up of the strict way in which geography is taught at school. The USA are implicitly represented as a counter-image of France and Europe, a competitor which can be dangerous and needs to be outdone or opposed. Thus, the importance of France and Europe is asserted in the minds of the pupils. The first part settles the methodological and epistemological bases and deals with the position of the USA in geography textbooks. It studies the links between university geographers and the USA as a research topic, as a global power and as a country in which several geography schools of thought were born: it allows to set the scientific context of the drafting of the academic discourse. The second part studies the places and people of the USA as they are taught at school. It tackles the way the secondary school discourse frees itself from the university geography on the topic of the regionalization of the USA. It shows that, in textbooks, some models are defined, which condense the so-called characteristics of American cities or people; however these characteristics depend on a comparative or ethnocentric interpretation of the American reality. The third part deals with the American example in the academic discourse through the analysis of the power of the USA. Although until the 70s the American production system is presented as an example to be followed by France, the American example is more and more controversial as soon as its drawbacks appear and the power of the USA becomes a worldwide "soft power".

Ce travail retrace la généalogie du discours géographique de terminale sur les États-Unis au XXe siècle. Il analyse à la fois les transferts entre la géographie universitaire et celle de l'enseignement du secondaire, mais aussi l'influence du contexte non scientifique et des représentations sociales sur la constitution du discours géographique scolaire formel. Implicitement, les États-Unis apparaissent dans la géographie scolaire comme une image en négatif de la France et de l'Europe, un concurrent quelquefois dangereux qu'il conviendrait de surpasser ou de contrer. Cette image permet d'affirmer l'importance de la France et de l'Europe dans l'esprit des élèves. La première partie pose les bases épistémologiques et méthodologiques et traite de la place des États-Unis dans la géographie scolaire. Elle analyse les liens entre les géographes universitaires et les États-Unis en tant qu'objet d'étude, en tant que puissance mondiale et que patrie d'écoles géographiques, ce qui permet d'établir le contexte scientifique de l'élaboration du discours scolaire. La seconde partie étudie les lieux et les habitants des États-Unis tels qu'ils sont représentés par la géographie scolaire. Elle aborde la façon dont, à propos de la régionalisation des États-Unis, le discours scolaire s'affranchit progressivement de la géographie universitaire. Elle montre que la géographie scolaire définit des figures-types dans lesquelles sont condensées les caractéristiques prêtées à la ville ou à la population américaine, or ces caractéristiques sont avant tout construites en fonction d'une interprétation ethnocentrique ou comparatiste de la réalité américaine. La troisième partie traite du modèle américain dans le discours scolaire à travers l'analyse de la puissance des États-Unis. Alors que jusque dans les années 1970 le système productif des États-Unis est présenté comme un modèle à suivre pour la France, le modèle américain sera de plus en plus controversé à partir du moment où ses failles sont perceptibles et où la puissance des États-Unis devient soft power à étendue mondiale.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines