“Une Antigone prisonnière du roman: Ça va aller de Catherine Mavrikakis”

Metadatas

Date

2010

Discipline
Language
Collection

Archives ouvertes




Cite this document

Hélène Amrit, « “Une Antigone prisonnière du roman: Ça va aller de Catherine Mavrikakis” », HAL-SHS : littérature, ID : 10670/1.q6ubky


Metrics


Share / Export

Abstract Fr

Le roman Ça va aller de Catherine Mavrikakis est un jeu d’imitations multiples (mises en abymes, parodies, pastiches). Tel un palais des glaces, l’intertexte de la littérature québécoise, entre autres, s’y retrouve réfléchi. Ainsi, déstabilisé, cet intertexte revêt les apparences du mythe d’Antigone, personnage qui hante le texte. Le mécanisme est implacable. Le personnage principal, Sapho-Didon, représente bien malgré lui, toutes les Antigone que ces reflets génèrent. Cependant, Sapho-Didon parvient à devenir une Antigone narratrice de sa propre histoire. Une première dans l’histoire des Antigone ! Mais elle réalisera avec une vive acuité que son destin est d’être à jamais emprisonnée dans le genre romanesque ; impossible d’être un personnage de tragédie en pareille situation. Cette lecture met aussi en lumière une Bérénice Einberg, protagoniste de l’Avalée des avalés de Réjean Ducharme, comme étant à sa façon une Antigone. De plus, Sapho Didon ou Bérénice ne sont pas sans faire écho à une autre prisonnière : la narratrice Mille Mille, cette dernière étant définitivement enfermée dans les manuscrits du Nez qui voque de Ducharme déposés à la Bibliothèque Nationale du Canada (Ottawa), ayant cédé en chemin sa place à un narrateur.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in