Masques et sorcellerie : deux façons d’administrer la société (pays Bassari, Sénégal oriental)

Metadatas

Date

July 30, 2014

type
Language
Identifier
Organization

OpenEdition


Keywords

monde visible monde invisible esprits masques secret sorcellerie nuit visible world invisible world spirits masks secret witchcraft night


Cite this document

Di Muro Icir Mimina, « Masques et sorcellerie : deux façons d’administrer la société (pays Bassari, Sénégal oriental) », Journal des africanistes, ID : 10670/1.qcekvt


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Chez les Bassari du Sénégal oriental, la préservation d’un état d’équilibre structural et d’ordre social repose sur l’existence d’une réalité cachée, omniprésente dans la vie individuelle, sociale, politique, thérapeutique et religieuse. Cette société est caractérisée par une double administration : celle des hommes, qui se base sur la détention des secrets des masques, et celle des femmes qui, plus discrète, se base sur leur affinité particulière avec le monde des esprits. Cette manière de réglementer la société est complémentaire, et pour se réaliser elle fait appel à des « réalités » distinctes : celle, visible, des hommes et celle, invisible, associée aux esprits. L’analyse de la croyance aux masques et à la sorcellerie, dont il est question dans cet article, montre comment l’équilibre social bassari est le résultat d’un compromis entre la réalité visible des humains et celle, invisible, des esprits.

Among the Bassari in Eastern Senegal, the preservation of both the structural balance and the social order is based on a hidden reality, omnipresent in the community’s individual, social, political, therapeutic and religious aspects of life. The organization of the Bassari community features a two-tier administration: on the one hand that of man based on the control of the secrets of masks, and on the other that, more discreet, of women, based on their peculiar affinity with the world of spirits. Such community organization is complementary and created drawing from different levels of reality: the visible level of humans and the invisible level of spirits. The analysis of the belief in masks and witchcraft contained in the following paper shows how the Bassari social balance results from a compromise between humans’ visible reality and the spirits’ invisible one.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents