現代社會の流動性 Gendai shakai no ryûdôsei La mobilité dans la société contemporaine MA12 : 0 1 2

Metadatas

Author
Language
Identifier
Organization

EHESS

License

https://creativecommons.org/licenses/by/3.0/fr/


Similar subjects Fr

Mobilité

Cite this document

隆 秋葉, « 現代社會の流動性 Gendai shakai no ryûdôsei », Didόmena - Archives Akiba Takashi, ID : 10670/1.qjfo6o


Metrics


Share / Export

Abstract 0

MA12. "Gendai shakai no ryûdôsei" 現代社會の流動性 [La mobilité dans la société contemporaine], conférence à la radio [de Keijô], (1938.02.09), écrit à l'encre au recto, attaché par un trombone, 16 x 23 cm, 13 p. Il faut qu'il y ait des individus dans la société (exemple : eau chaude ou froide, chacun selon ses goûts), mais si l'individualisme triomphe, la société ne peut pas se développer. Village = vie communautaire * ville = vie individuelle, société de profits (p. 3). Mouvement pour l'éducation d'une société nouvelle. Les fleurs de la société moderne dépendent de la mobilité de la société dans différents domaines : famille, religion, politique, profession, différents groupes sociaux. La mobilité des classes sociales est un bon exemple de cette mobilité. C'est ce qui se passe de plus en plus dans notre société. Le groupe le moins mobile est la famille, mais là aussi, il y a des possibilités de changement. Aujourd'hui, les époux se parlent, discutent ensemble. Autrefois, il n'en était pas ainsi. Dans la société de profit, qu'est la nôtre, la mobilité est plus grande en ville dans les professions, les couples qui divorcent sont plus nombreux. Mobilité professionnelle : autrefois, on restait paysan, journalier toute sa vie. Aujourd'hui, il y a 20.000 métiers. Il y a moins de métiers héréditaires. Il y a des gens qui font plusieurs métiers. On ne peut pas faire autrement, mobilité obligatoire. Comme dans un grand magasin, il y a dans la société différents produits (groupes religieux, groupes économiques...). Comme dans un grand magasin, on s'y déplace, on monte où l'on descend par l'escalier ou par l'ascenseur. Mobilité : par l'éducation, on peut devenir ministre en étudiant bien. Mais, s'il y avait trop d'étudiants à l'université, ils ne pourraient pas tous trouver du travail. Besoin d'un ascenseur de petite taille. Certains critiquent la société contemporaine, mais ne regardez pas seulement les aspects négatifs, regardez les choses correctement. Les modernes sont très critiques, les anciens restaient toujours dans le même lieu, ils ne pouvaient comparer. Il n'y avait rien à comparer. Maintenant, on peut changer d'époux, de religion, de métier. . . On ne peut donc être que critique. Les femmes aussi critiquent beaucoup, elles ne croient plus ce que disent les autres. Les Coréennes n'en sont pas encore à ce point. Dans la société contemporaine, on ne peut pas s'arrêter à un seul endroit. Mobilité : différentes écoles, différents maîtres, différents centres de recherche. Le coeur bouge sans cesse. On ne peut pas s'arrêter à une seule chose. Les anciens disent que la société est frivole, inconstante qu'elle manque de sérieux. C'est l'un des caractères de la société de profit. La société coréenne n'est pas encore comme cela, mais cela vient.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents